Nous contacter

Equipe Nationale

EN : Zedadka, ce ne sera pas non plus pour cette fois

Publié

le

Downloader.la 612954eb24d1e

Auteur d’un bon début de saison de Ligue 1 avec le Clermont Foot 63, Akim Zedadka aurait pu postuler à une place en sélection nationale pour le stage du mois de septembre. Finalement non convoqué, l’ancien joueur de Marignane devra redoubler d’efforts pour convaincre Djamel Belmadi.

Promu cette saison en Ligue 1 et élu meilleur arrière droit de Ligue 2 la saison dernière, Akim Zedadka poursuit son ascension après quelques années très difficiles. Titulaire pour les trois premières rencontres du Clermont Foot 63, le défenseur algérien de 26 ans a montré qu’il était capable de hausser son niveau de jeu. En témoigne son match effectué face à l’Olympique Lyonnais (3-3) au Groupama Stadium. Au rayon des statistiques, l’Algérien fait partie du top 5 des joueurs ayant récupéré le plus de ballons par match (moyenne de trois ballons récupérés). Annoncé par nos soins quelques jours avant l’officialisation de la liste du sélectionneur national, l’absence d’Akim Zedadka pose question tant l’arrière droit ne cesse de progresser au fil des mois.

Un profil intéressant

Dôté d’un petit gabarit (1,73m), la latéral droit a un centre de gravité bas qui lui permet de faire des différences balle au pied. À l’image d’un Youcef Atal, il n’hésite à aller défier son vis à vis pour créer les premiers décalages au sein du bloc défensif présent en face. Mais contrairement à l’ancien joueur de Courtrai, l’ex-Lensois paraît plus sécurisant lors des phases défensives. Véloce, le natif de Pertuis apporte son énergie nécessaire, que ce soit dans les 25 derniers mètres adverses ou dans le repli défensif. Si certains doutaient de sa capacité à réitérer les performances au sein de l’élite française, ils n’ont -désormais- plus aucune raison au vu des prestations du Clermontois en ce début de saison. Avec l’absence de Youcef Atal, il n’aurait pas été incongru de penser qu’Akim Zedadka pouvait clairement jouer sa carte à l’occasion des rencontres face à Djibouti et au Burkina Faso. Interrogé par nos soins lors de la conférence de presse précédant les confrontations face au Nigéria et au Mexique en octobre 2020, Djamel Belmadi avait évoqué le cas du joueur alors âgé de 25 ans : “Akim Zedadka je le connais aussi, je suis en contact. Il a des qualités dans la trajectoire d’un Youcef Atal mais il doit avoir une progression sur certains points. J’en ai parlé avec son entourage, je ne vais pas exposer ses points ici mais son entourage sait ce qu’on attend. On l’a supervisé sur quatre ou cinq matchs”.

La réponse du latéral droit ne s’était alors pas fait attendre : “J’ai toujours cet objectif de progresser quand on me parle de la sélection. Dès lors, le fait que l’on puisse parler de moi à ce niveau d’international, me pousse à progresser pour élever davantage mon niveau. Mais aussi à corriger les défauts que certains entraîneurs ont détecté en moi. Je pense qu’une fois un très très bon niveau en club atteint, le sélectionneur verra ma progression et pourra alors m’appeler. Maintenant que je sais qu’il y a un intérêt concret de l’équipe nationale, j’espère tout donner afin de convaincre le sélectionneur de faire appel à moi au prochain rassemblement” avait-il déclaré quelques jours après la sortie du sélectionneur national à son encontre. Réelle preuve de sa volonté de rejoindre les Fennecs.

Belmadi mise sur la continuité

Le sélectionneur national a, une nouvelle fois, misé sur ses valeurs sûres et suit sa ligne directrice. Déjà, lors du rassemblement du mois de juin dernier, il déclarait ne pas vouloir faire d’expérimentation : “Je ne fais pas de test pour le test, pas de cadeau non plus. Il faut savoir saisir une opportunité […]. Je n’aime pas essayer juste pour le plaisir d’essayer”. Au poste d’arrière droit et avec les multiples absences de Youcef Atal, les tests auraient pu être bienvenus lors des dernières dates FIFA. Désormais concernée que par des matchs officiels et décisifs en vue de la course à la qualification pour la prochaine Coupe du Monde, il est beaucoup plus difficile d’incorporer du sang neuf (qui plus est sans aucune connaissance de l’Afrique) au sein d’un effectif qui tourne bien (27 matchs sans défaite ; ndlr).

La reconduction de Mehdi Zeffane et le retour de Réda Halaïmia s’inscrivent dans cette logique. Le premier a toujours eu les faveurs de Belmadi lorsqu’il était apte à jouer et compétitif, et ce, malgré des prestations parfois suffisantes. Quant au second, il avait laissé bonne impression lors des deux stages de la fin d’année 2020, délivrant même une passe décisive pour Andy Delort à Harare (Zimbabwe 2-2 Algérie, novembre 2020) mais un manque de temps de jeu en club et le retour d’Atal lui avait fait manqué les stages suivants. Au final et par ces choix, le coach national poursuit sa logique de groupe et fait confiance aux joueurs qui lui ont donné satisfaction. Et pour Akim Zedadka, ce ne sera malheureusement pas non plus pour cette fois.

Publicité
Cliquez pour commenter

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.