Nous contacter

Equipe Nationale

Equipe nationale – Bilan d’octobre : Tous les voyants sont au Vert!

Publié

le

Niger Algérie photo Fennecs vestiaire

Au sortir de la trêve internationale d’octobre et des deux succès plus que primordiaux face au Niger, l’Algérie est toujours invaincue et leader de la poule A comptant pour les éliminatoires à la Coupe du Monde 2022. Après un match au goût amer face au Burkina Faso, les hommes de Djamel Belmadi ont montré que cette rencontre n’était qu’un accident de parcours. Bilan d’un stage très réussi à tout point de vue.

Deux succès face au Niger, 10 buts marqués, un seul encaissé et plusieurs records battus. La trêve internationale d’octobre s’est finalement déroulée de la meilleure des manières. Alors que des doutes (justifiés) naquirent après le match nul face au Burkina Faso, les deux prestations face au Mena ont rassuré les nombreux observateurs des Fennecs. Si certains points sont encore perfectibles, on voit une nette amélioration dans les phases de jeu liée notamment à l’avancée de la saison. Alors que bon nombre d’éléments n’avaient pas encore entamé leur exercice 2021-2022 ou que d’autres revenaient à peine de blessure ou d’infection du COVID-19, le rendement observé en septembre a largement été biaisé par les paramètres énoncés plus haut.

Pour ce mois d’octobre, Belmadi a remisé sur les mêmes.. ou presque. Exit Naoufel Khacef pour Mohamed Farès, Rachid Ghezzal (blessé) remplacé dans un premier temps par Adam Ounas puis par Ilan Kebbal et la fameuse non convocation d’Andy Delort. Une liste presque identique à celle du mois passée qui confirme la logique de groupe instaurée par Belmadi. D’ailleurs, et au sortir des deux rencontres, le sélectionneur de l’équipe nationale a été dithyrambique envers ses poulains : « Les joueurs sont les principaux acteurs. C’est eux qui ont l’envie d’aller en Coupe du Monde et ils mettent les ingrédients pour y arriver. L’énergie et l’osmose positives au sein du groupe sont présentes grâce aux joueurs. Chapeau aux joueurs et à tout l’environnement de cette équipe nationale » confiera-t-il en déclarations d’après-match retour face au Mena. Un œil maintenant sur les rencontres dans lesquelles les Fennecs ont dominé leur sujet trois mi-temps sur quatre. La moins réussie, la première face au Niger à Blida était surtout dû au terrain cataclysmique de Tchaker et à des associations pas ou peu mises en place. Pour le reste, on a retrouvé (et surtout sur la deuxième période à Niamey) certains circuits de passe intéressants ainsi qu’un plan de jeu un peu moins énergivore qu’à l’accoutumée.

Sérénité retrouvée

Sur la lignée de sa rencontre face au Burkina Faso à Marrakech, les Verts ont eu du mal à rentrer dans leur rencontre face au Mena. Victime d’un pressing haut, l’entrejeu et l’arrière garde algérienne (encore une fois pas aidée par le terrain) avaient toutes les peines du monde à ressortir le ballon. Comme symbole de cette difficulté, Abdelkader Bedrane. Si l’actuel défenseur du Taraji a remporté la quasi totalité de ses duels, il n’a, en revanche, pas su utiliser le ballon à bon escient. En témoigne d’ailleurs son erreur sur la réduction du score nigérienne (2-1 ; 50′). Sa paire avec Aissa Mandi, nouvellement formée, après le forfait de Djamel Benlamri, a encore besoin d’automatismes mais s’est clairement montrée plus solide lors du match retour (0-4). Aucun but encaissé à l’extérieur en matchs officiels, une première depuis la victoire au Botswana (0-1) en.. novembre 2019, c’est dire la perfomance des hommes de Belmadi face à une valeureuse équipe du Mena. Car depuis la victoire face aux Zèbres, les Verts avaient encaissés la bagatelle de 6 buts en trois rencontres (2 au Zimbabwe, 3 en Zambie et 1 à Marrakech face au Burkina). Une solidité retrouvée grâce notamment et en premier lieu à des latéraux beaucoup moins portés vers l’avant que lors des matchs précédents. Titularisé sur les deux rencontres et de retour après presqu’un an d’absence, Mohamed Farès, bien qu’ailier de formation, ne s’est pas risqué à l’offensive, préférant déjà assurer sur les tâches défensives.

Même chose côté droit avec un Youcef Atal (certes diminué) qui ne s’est permis ses remontées d’antan que lorsque le score était déjà lourd face au Niger au match aller. Néanmoins, les duels défensifs perdus par le Niçois et son langage corporel ne cessent d’inquiéter bon nombre observateurs assidus de la sélection qui désespèrent de revoir l’ancien du Paradou revenir à son meilleur niveau. Derrière lui, Benayada et Zeffane sont, au fil des stages et des profils adverses, utilisés par Belmadi même si le joueur de Sovetov a certainement payé ses mauvaises prestations de septembre. Autre cause de cette solidité, le retour en grâce d’Ismaël Bennacer. Diminué par de nombreuses blessures, le Milanais semble enfin être au top de sa forme, en témoigne sa rencontre retour à Niamey où la dominé l’entrejeu à lui seul, marquant même un but. « Ismaël est revenu à un niveau exceptionnel. Pour moi, on est en train de revoir le Bennacer de la dernière CAN. Il est tout simplement monstrueux quand il est comme ça. Avec ou sans ballon il a un volume jeu incroyable et une sorte de leadership balle au pied » s’est réjoui le coach national.  A noter également le retour en forme du baromètre de l’EN, Sofiane Feghouli, auteur d’une entrée déterminante au retour après un match assez décevant à Blida.

Jeunesse intégrée

On ne l’avait jamais connu aussi généreux avec les plus jeunes. Sur ce rassemblement, et que ce soit en termes de temps de jeu ou de compliments, Djamel Belmadi n’a pas hésité à encenser les petits Fennecs arrivés il y a peu ou qui commencent à avoir du temps de jeu. En témoignent les entrées de Mohamed El Amine Amoura, dès son premier stage, lors des deux rencontres aller et retour. Chose que le sélectionneur de l’équipe nationale n’avait pas l’habitude de faire auparavant puisqu’il préférait d’abord voir « l’attitude des nouveaux venus au sein du groupe » à l’image d’un Mehdi Zerkane en octobre 2020 ou d’un Adem Zorgane en novembre 2019. Ce dernier, aujourd’hui a Charleroi a obtenu de beaucoup plus de temps de jeu (35 minutes) depuis sa première sélection face à Djibouti (8-0), passeur décisif face au Niger, il bénéficie d’une attention toute particulière de l’ancien joueur de l’OM : « Zorgane mérite qu’on en parle individuellement. Il passe des paliers. Il est parti en Europe sans avoir besoin de temps adaptation. Cela veut dire qu’il a été bien formé et qu’il y a une forme d’intelligence. Dans un avenir proche on pourra compter sur lui » avouera Belmadi.

Pour en revenir au joueur du FC Lugano, il a d’ailleurs plus que satisfait sur ses deux incorporations, jouant avec insouciance. « Amoura n’a pas froid aux yeux. Il est rentré dans des conditions idéales face au Niger et a montré de bonnes choses. Il nous apporte de la profondeur et sait très vite se mettre dans le sens du jeu. Il a montré beaucoup de dynamisme et d’envie, son profil est intéressant pour nous » dira le sélectionneur national. Un profil qui se marie parfaitement avec l’un ou l’autre des deux attaquants phares, Slimani et Bounedjah. Alors que le très opportuniste Delort ne sera, sans aucun doute, plus rappelé par Belmadi, l’ancien de l’ES Sétif arrive à point nommé comme doublure des deux goleadors  susmentionnés. Les désormais plus capés, Ramiz Zerrouki et Hicham Boudaoui auteurs respectivement d’une rencontre retour et d’entrées timides symbolisent également le renouveau entamé, petit à petit, par le staff technique de l’équipe nationale. Alors que dix joueurs de cette liste auront plus de 30 ans en 2022, la vision à moyen-long terme est plus que jamais d’actualité.

Attaque déchainée

On le disait en préambule, les Fennecs ont inscrit 10 buts en deux matchs lors des deux rencontres face au Niger de Jean-Marc Cavalli. Malgré l’entame compliquée sur les matchs, l’équipe nationale a su, à chaque fois gérer les temps faibles pour mieux “tuer” l’adversaire quand il le fallait. Chose que la meilleure attaque des éliminatoires (19 buts) n’avait pas réussi à faire face aux Etalons en première période notamment. Deux scores fleuves, 6-1 et 4-0 avec six buts marqués par ses offensifs (3x Mahrez, 2x Slimani, 1 but de Bounedjah), l’EN sait qu’elle peut compter sur son quatuor d’attaque. A une ou deux pointes, le danger est permanent car les rôles des différents protagonistes sont bien établis. Auteur de 10 buts sur les 10 dernières rencontres, Riyad Mahrez est le leader d’attaque de cette sélection invaincue depuis 31 rencontres, moins présent dans le jeu, le pensionnaire de Manchester City reste létal devant les buts. Une capacité à changer le cours d’une rencontre qui a fait sourire l’ex-coach d’Al Duhail : « Mahrez est juste monstrueux en termes de stats, Islam doit faire attention! (Rires) ».

A ses côtés, les profils complémentaires d’Islam Slimani et de Baghdad Bounedjah, usant les défenses et n’hésitant pas à dézoner pour créer de l’incertitude comme sur le premier but du match retour. Un duo mis en place à Niamey dans un but précis : « La meilleure défense c’est l’attaque. Baghdad et Islam ont fait un très très bon match. Même si Islam était diminué mais son expérience est toujours importante. Baghdad a fait un match énorme, il a eu un volume de jeu incroyable et sa débauche d’énergie nous est chère » confiera Belmadi en après-match. Et comment oublier le maestro de cette équipe, Youcef Belaili, auteur une nouvelle fois d’une entrée remarquable à Blida et d’un match stratosphérique à Niamey avec trois passes clés délivrées sur les quatre buts des Verts. « Belaïli date FIFA après date FIFA je ne suis plus surpris et je n’ai jamais été surpris. Il a le même impact que Riyad en sélection » dira le coach national. Enfin, la progression de Said Benrahma, impliqué sur trois buts au match aller, est également à noter et montre une réel travail du joueur de West Ham qui n’avait pas convaincu jusqu’alors. En somme et en vue des derniers matchs de novembre avec la probable finale face au Burkina, tous les voyants sont au vert!

>> Lire les articles

Victoire en déplacements officiels : L’anomalie rectifiée

Niger-Algérie (0-4) : Belmadi, un coaching inhabituel et payant

L’Algérie fait tomber le record français et égale l’Argentine de Batistuta !

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.