Nous contacter

Equipe Nationale

Equipe nationale: Djamel Belmadi a pris sa décision 

Publié

le

Djamel Belmadi

En quittant Alger au lendemain de la défaite de l’Algérie face au Cameroun à Blida (1-2), Djamel Belmadi a laissé entrevoir la possibilité qu’on ne le reverra plus à la tête des Verts. Et une telle éventualité ne constituerait pas le cas échéant une surprise tant l’homme est lié à la FAF par un contrat d’objectifs. 

Si l’on devait s’en remettre à la loi  impitoyable du terrain, Djamel Belmadi ne serait plus aujourd’hui sélectionneur de l’Algérie. Lié par un contrat avec la FAF du 18 août 2018 à décembre 2022, le technicien de 46 ans a échoué à atteindre l’objectif principal qui lui a été assigné, à savoir qualifier l’Algérie au Mondial-2022. Si l’on y ajoute le fiasco de la CAN-2021, le divorce est inéluctable. 

Cependant, la relation entre Djamel Belmadi et la sélection nationale dépasse le cadre contractuel. Promu au grade de « Ministre du Bonheur », le technicien est l’une des personnalités publiques les plus aimées du peuple algérien. C’est dire que son départ risque de prendre carrément les contours d’un drame national pour beaucoup s’il venait à être entériné. Ce sentiment d’adoration qui a mûri avec le temps a donné lieu depuis peu à une véritable campagne de soutien sur les réseaux sociaux sous la déclinaison de « #hashtag Belmadi reste ».

La balance penche vers la continuité 

Des marques de soutien auxquelles Djamel Belmadi ne serait pas tout à fait insensible. Selon ses proches, le coach des Verts, en période de réflexion sur son avenir depuis son retour au Qatar, pencherait finalement vers une prolongation de l’aventure à la tête de l’EN. Pour le moment, son choix n’est pas tout à fait tranché, mais la tendance serait plutôt pour la stabilité. Deux autres éléments, en dehors du soutien indéfectible du peuple, encouragerait Djamel Belmadi à poursuivre ses fonctions à la tête de l’équipe nationale. Primo, le départ de Charaf-Eddine Amara avec qui il n’a jamais été à vrai dire en phase. Secundo, Belmadi aurait reçu récemment le soutien des autorités du pays qui lui auraient affiché leur souhait de le voir continuer.

Tous ces éléments pèsent dans la balance du « POUR » une prolongation de l’aventure. D’autant que l’EN devra reprendre du service dans un mois tout au plus à l’occasion du début des éliminatoires de la CAN-2023. C’est dire qu’avec le grand bazar qui règne à la FAF depuis quelques jours, perdre en plus Belmadi risque d’accentuer le marasme ambiant…

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.