Nous contacter

#Team DZ

ES Tunis – SCO Angers: Chetti, un transfert sens déçu, des sous

Publié

le

Chetti

Il y a 4 jours, Ilyes Chetti finalisait son arrivée au SCO Angers (Ligue 1 UberEats/France). L’Algérien, qui a joué ce samedi en amical contre l’AS Saint-Etienne (succès 4-1), débarquait de l’ES Tunis où il était lié jusqu’en juin 2023. Cependant, le latéral gauche de 27 ans s’était cru en droit de signer n’importe où sans indemnités de départ pour des raisons contractuelles. Sauf que les Espérantistes ne l’entendent pas de cette oreille puisqu’il évoque une résiliation unilatérale du bail.

Les premières semaines de Chetti en France pourraient connaître des turbulences. Et ce par le flou autour de sa signature chez les Scoïstes. En effet, l’EST compte entamer une procédure auprès de la FIFA. Les Tunisois assurent que Chetti était sous contrat pour une autre année. Dès lors, il n’était pas en mesure de partir sans que l’acquéreur ne verse un rond.

Les Sang et Or réclameraient un dédommagement. Il représente les 12 mois de salaires restant comme le stipule la clause de départ. Conseillé par Anthar Yahia, qui a joué l’intermédiaire pour le faire signer chez les Angevins, le latéral gauche devra régler ce contentieux. Surtout que le SCO Angers avait insisté pour qu’il arrive en transfert libre.

Indemnisation inévitable ?

Le vainqueur de la Coupe Arabe FIFA 2021 au Qatar avec l’EN A’ de Madjid Bougherra, pourrait devoir verser la somme en question de sa poche. En tout cas, si l’on s’en tient à ce que la presse tunisienne dit et écrit, la direction des Mkachkha est confiante pour obtenir gain de cause.

Par ailleurs, on peut noter que le règlement du Code disciplinaire en Tunisie prévoit, dans l’alinéa 40, qu’“un Professionnel à plein temps ayant pris part à moins de 10% des matchs officiels (Championnat et Coupe de Tunisie) joués par son club au cours d’une saison peut rompre son contrat prématurément sans encourir de sanctions sportives (juste cause sportive)”. Cette condition, le Dz ne la remplit pas.

En outre, il est noté que “lors de l’évaluation de tels cas, il convient de tenir compte de la situation du joueur. L’existence d’une juste cause sportive sera établie au cas par cas. Dans ce cas, aucune sanction sportive ne sera prise, mais des indemnités pourraient être demandées“. Le club semble en position de force. Et même si la FIFA n’a pas franchement l’habitude de gâcher les transferts, elle peut sévir ultérieurement. Cela veut dire que le Vert trainera ce litige tel un boulet.  Affaire à suivre…

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.