Nous contacter

Décryptage

FOCUS FENNEC : Ounas, chouchou de Belmadi mais pas que…

Publié

le

belmadi ounas 1

Il figure parmi les 25 Fennecs retenus pour les matchs de novembre contre le Djibouti et le Burkina Faso. Adam Ounas est de retour en sélection après avoir manqué les deux derniers stages en septembre et octobre. Même s’il revient tout juste de blessure, Djamel Belmadi n’a pas manqué de retenir un élément qu’il affectionne particulièrement.

Deux petits bouts de matchs et onze minutes, c’est le temps de jeu d’Ounas depuis le 26 septembre dernier. C’était avant de contracter une blessure à la cuisse. Peu importe, Belmadi ne s’attarde pas sur cet aspect quand il s’agit de ce type de joueurs.

« Ce n’est pas donné à tout le monde »

D’ailleurs, dimanche, en conférence de presse, il n’a pas manqué de relever qu’ « Ounas, c’est vrai qu’il a joué un petit quart d’heure avec son joli but à la clé. Sur un laps de temps court, il peut faire la différence ». Les chiffres étayent ce constat. On parle d’un international qui est décisif toutes les 80 minutes en sélection. En 14 capes et 403 minutes avec la tunique d’El-Khadra, il a fait trembler les filets à quatre reprises et distillé une passe. Pas négligeable.

Ainsi, pour la CAN-2019, le sélectionneur avait décidé de le prendre et le faire jouer à trois reprises. Il l’avait même fait débuter pour le ‘’match 3‘’ contre la Tanzanie soldé par une victoire (3-0) qui portait sa griffe avec un doublé et 1 passe décisive. En 1/8 de finale face à la Guinée, il participera à la qualification en quarts. Il trouvait la faille pour le 3-0. Et pour lui montrer sa confiance, le successeur de Belmadi l’a même incorporé pour les prolongations dans un Côte d’Ivoire – Algérie insoutenable. C’est pour quoi, le driver de l’EN a estimé que « ce n’est pas donné à tout le monde de rentrer dans un match de haut niveau. Il a ces caractéristiques. Il n’a pas ce fameux ‘’temps de jeu‘’ mais ses qualités c’est ce qui a motivé son arrivée ».

La grosse impression à Crotone

À partir de là, il n’y a pas grand-chose à ajouter. Surtout quand on sait que Luciano Spalletti, son entraîneur à Naples SSC, a voulu le garder. Bien qu’il soit en dernière année de contrat. Surtout que le champion d’Afrique sortait d’un prêt très convaincant du côté de Crotone. Une pige très aboutie avec 4 pions et 4 offrandes en 15 matchs. Des chiffres impressionnants. D‘autant plus qu’il évoluait dans un effectif peu inspiré et jouant pour le maintien.

Alors qu’il semblait tout proche de partir vers l’Olympique Marseille lors du mercato estival, le technicien italien n’a pas donné l’impression que sa présence était encombrante. « Ounas reste avec nous. C’est un joueur important qui peut apporter un plus sur le terrain. J’ai toujours dit que je serai heureux de garder les joueurs que j’ai trouvés à mon arrivée. Cependant, il y’a eu plusieurs départ dont celui de Bakayoko, Hysaj et Maksimovic. Désormais, le club se montre prudent sur le marché des transferts et se montre prêt à saisir les opportunités qui peuvent se présenter », avait lâché Spalletti.

Depuis, le transfuge des Girondins de Bordeaux pour 12 millions d’euros en juillet 2017 a grignoté quelques 130 minutes, Serie A et Europa League UEFA réunies pour un seul but sans signer la moindre titularisation. Toutefois, on peut mentionner que la fois où il était resté le plus longtemps sur la pelouse, c’était lors de la mi-temps entière qu’il a eue contre la Juventus Turin  le 11 septembre dernier avec un succès 2 buts à 1 à la clé.

Jeudi, c’est éclair de génie

Le talentueux gaucher sait qu’il n’est pas évident de gagner une place dans un effectif qui tourne à plein régime. En effets, les Napolitains sont leaders et invaincus en championnat d’Italie. Leurs seul revers en 16 tests (12 victoires, 3 nuls et 1 défaite) depuis l’entame de la saison était dans l’épreuve européenne contre le Spartak Moscou (2-3) à domicile.

Malgré le peu d’opportunités, l’ex Bordelais assure faire « de mon mieux durant chaque minute que le coach m’offre sur le terrain. Le jour où il fera appel à moi pour débuter une rencontre, je serai prêt ». En tout cas, jeudi dernier, il a montré l’étendu de son talent avec une réalisation splendide face au Legia Varsovie. Un sombrero avec sa fine patte gauche dans la surface suivi d’une frappe du droit pour ponctuer le succès 4 buts à 1 des siens. Comme l’a si bien dit Belmadi, « ce n’est pas donné à tout le monde ». Ounas c’est rare et ce qui est rare est précieux. Vendredi contre le Djibouti, il se pourrait qu’il nous démontre ça si Riyad Mahrez est ménagé. A moins qu’il ne soit conservé comme joker de luxe pour le choc à Tchaker face au Burkina Faso.

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.