Nous contacter

Business

Salaires en Ligue 1 : Slimani dans le Top 30, Boudebouz et Ounas bien lotis

Publié

le

slimani salaires ligue 1 argent business

Selon une publication du journal L’Équipe qui a dévoilé ce vendredi la liste du Top 30, dominée par une razzia du Paris Saint-Germain, l’international algérien de l’AS Monaco, Islam Slimani occupe la 27e position au classement des plus gros salaires mensuels des joueurs de Ligue 1 française.



Outre Slimani qui est rémunéré à hauteur de 380.000 euros/mois et qui possède le 4ème salaire de son club, l’AS Monaco a réussi à placer quelques joueurs au niveau des remplaçants parisiens. Ainsi, Ben Yeder (12è avec 650.000 euros), Fabregas (15e, avec 600.000 euros) et Bakayoko (19e, avec 450.000 euros) se placent dans le Top 20 français.

Au plus haut niveau, le PSG, sans surprise, a fait une véritable razzia avec les 11 plus gros salaires de Ligue 1, et 15 des 20 plus gros. Au sommet de la pyramide, c’est naturellement le Brésilien Neymar qui est très loin devant tout le monde avec 3,060 ME par mois devant Kylian Mbappé (1,345M€) et Thiago Silva (1,5M€).

Les Algériens rarement les mieux payés de leur club

Concernant les autres internationaux algériens on notera que Ryad Boudebouz figure en bonne place à l’AS Saint-Étienne avec le 3ème salaire du club estimé à 190 000 euros brutes mensuels. Au classement des Algériens, il devance Adam Ounas qui perçoit 180 000 euros à l’OGC Nice qui prend partiellement en charge son salaire de Naples. Par la suite, c’est le très courtisé Youcef Atal qui a réévalué son salaire à 150 000 euros mensuels, le 3ème plus gros salaire de l’effectif azuréen. Du côté de Montpellier, Andy Delort est l’attaquant vedette du club mais seulement le 3ème joueur le mieux payé du MHSC avec des émoluments à 120 000 euros mensuels.

Hormis Yassine Benzia, qui perçoit le plus gros salaire de Dijon avec 95 000 euros mensuels (après avoir fait un sacrifice financier pour revenir en Ligue 1), on remarque que les internationaux algériens sont loin d’être les mieux rémunérés dans leur club quand bien même ils ont signé en étant libre de tout contrat et donc sans indemnité de transfert. C’est le cas pour Mehdi Abeid, avec un salaire estimé à 50 000 euros, qui ne figure même pas dans le Top 10 du FC Nantes. A Nîmes, Zinédine Ferhat, arrivé lui aussi en fin de contrat du Havre, n’est que le 4ème salaire des Crocodiles avec un revenu à 40 000 euros mensuels. Du côté de Brest, Belkebla avec ses 30 000 euros par mois figure à la 10ème place du club breton alors qu’à Angers les jeunes algériens El Melali et Loucif ne figurent même pas dans le classement tout comme Oukidja et Boulaya avec le FC Metz.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Publicité

SUR FACEBOOK

APPLICATION MOBILE

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.