Nous contacter

Décryptage

Le NAHD coule en silence !

Publié

le

nahd avant

À onze journée de la clôture du championnat, le NA Hussein-dey est lanterne rouge du championnat avec seulement 16 points à son actif. Tout reste jouable mais ne récolter que 5 points lors des 11 dernières journées ne laisse pas présager une fin de saison joyeuse. On vous explique les raisons de cette chute interminable du mythique club algérois réputé pour sa politique de formation.

La NAHD se dirige-t-il vers la D2 ? La réponse est probablement oui surtout si les résultats ne s’améliorent pas. Alors que les supporters des Sang et Or comptaient sur la rencontre de l’USM Bel-Abbès pour amorcer un déclic qui remettrait le club sur de bons rails, les joueurs de Azzedine Ait Djoudi ont encore raté leur match à domicile samedi dernier (1-1). Dernière place au classement, crise financière et supporters furieux, la situation est de plus en plus critique. Ceci-dit, comment un club qui finissait sur le podium il y a deux saisons seulement a-t-il pu se retrouver dans une situation pareille aujourd’hui ?



Vendre pour mieux descendre !

Celui qui sème le vent récolte la tempête et en football celui qui récolte l’argent sème la défaite. Déjà en difficulté la saison dernière en raison du départ de ses meilleurs éléments, l’équipe première a su profiter du réservoir de jeune qu’elle possédait pour assurer sa survie dans la cours des grands. On peut citer à titre d’exemple Tougai et Khacef, tous deux issus des catégories jeunes du club, ont brillé de mille feux laissant les amoureux du club rêver d’une réédition de la génération Madjer & Co. À Hussein dey, on disait : « avec plus d’expérience, on réussira à dominer le championnat avec nos jeunes ».

Cependant la direction du club et à sa tête Bachir Ould Zmirli n’était pas du même avis. Le défenseur Mohamed Amine Tougai (19 ans) a été transféré vers l’Espérance de Tunis, de même que l’attaquant Redouane Zerdoum (21 ans) et le milieu de terrain Hocine Mouaki (23 ans) cédés à un autre géant de Tunisie, en l’occurrence l’ES Sahel, tandis que le latéral gauche Naoufel Khacef (22 ans) a été fraîchement prêté avec option d’achat aux Girondins de Bordeaux. Tous parti lors du mercato hivernal, sans compter les départs de Walid Allati et Chamseddine Harrag vers le Mouloudia ou encore du gardien de but Gaya Merbah vers le CR Belouizdad durant le dernier mercato estival.

À cet effet, la direction du Nasria aurait empoché un bénéfice de pas moins de 600,000 euros sur l’ensemble de ces transferts, ceci-dit, les noms des recrues arrivées en remplacement ne seraient pas à la hauteur des départs ou du moins n’ont pas donné satisfaction jusqu’à présent.

Un parfum de pots de vins dans l’air

Alors que certains supporters avaient toujours confiance en ladite direction, la déclaration fracassante de Reda Matem ancien joueur et dirigeant de l’ES Sétif sur Numidia TV aurait changé la donne. En somme, l’ex international affirme que la direction sétifienne avait reçu une offre de la part de l’ES Tunis pour s’attacher les services de leur jeune pépite, à savoir Boussouf. Le deal, selon Matem, consistait à payer 400,000 euros pour le club et offrir 200,000 euros sous la table pour président Helfaia. Ce dernier, refusant cette pratique qui va à l’encontre de l’éthique sportive,  a étonné les dirigeants du club tunisien qui affirmaient avoir usé de cette pratique auparavant avec de nombreux club algériens. Avant que Matem ne rajoute : « Si on ouvrait un enquête sur les transferts des jeunes du NAHD vers la Tunisie, vous comprendriez de quoi je parle ». Après cette déclaration, on comprendrait mieux pourquoi vendre des joueurs si importants à la mi-saison, en pleine tourmente et sans aucune hésitation.

Crise financière et instabilité au niveau de la barre technique

Le constat de l’instabilité au niveau de la barre technique pour justifier les résultats négatifs d’un club algérien est devenu si fréquent qu’on a souvent tendance à le banaliser. Ceci-dit, il n’en demeure pas moins que s’en est un.

En effet, la direction nahdiste a consommé 3 coachs depuis le début de l’exercice actuel. Arezki Remmane puis Lakhdar Adjali et enfin Azzedine Ait Djoudi, qui aurait démissionné de son poste aujourd’hui mercredi. En plus de voir des entraîneurs différents se succéder à la tête de leur staff technique, plusieurs joueurs n’auraient pas perçu de salaire depuis plusieurs mois. Difficile de gagner des matchs dans une situation pareille.

L’arrivée de l’enfant du club Chaâbane Merzekane au poste de directeur sportif tant demandé par des supporteurs en colère, n’aura pas changé grand-chose ou du moins pour le moment. À ce rythme, voir le club formateur de Madjer, Merzekane, Halliche et tant d’autres anciennes gloires de l’EN évoluer en D2 la saison prochaine ne serait pas étonnant. Un réveil tardif reste possible, à condition que les dirigeants se mettent à travailler dans l’intérêt du club. En attendant, les supporters visiblement écœurés par la situation réclament le départ de tous les dirigeants et dans l’immédiat.





SUR FACEBOOK

APPLICATION MOBILE

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.