Nous contacter

Décryptage

Nîmes Olympique : Zinédine Ferhat, un Croco qui a les crocs

Publié

le

Zinédine Ferhat Nîmes Olympique Le Havre AC USM Alger Ligue 1

Maître à jouer d’un Nîmes Olympique bien triste cette saison, Zinédine Ferhat (27 ans, 10 sélections) semble avoir pris une autre dimension depuis son arrivée dans le Gard. Après une première saison d’adaptation, l’ancien Havrais s’est très vite acclimaté à l’élite française au vu de son tonitruant début de saison. Zoom sur le milieu de terrain algérien qui arrive à un moment charnière d’une carrière déjà bien entamée. Portrait.

Natif de Bordj Menaïel, « Zinou » a, depuis, parcouru du chemin. Pur produit de l’Académie FAF vers laquelle il s’est dirigé après un passage au sein de la JS Kabylie, Zinédine Ferhat intègre l’USM Alger en 2011 et fera très vite parler de lui grâce à ses prestations remarquées au sein du championnat local. Grand artisan du doublé remporté avec le club de Soustara durant la saison 2012-2013 (Coupe d’Algérie-Coupe UAFA), le milieu droit est, à seulement 20 ans, dans la short-list des joueurs locaux pouvant intégrer l’Équipe nationale dirigée à l’époque par Vahid Halilhodzic. Une première convocation en sélection arrivera finalement en mars 2014, à l’aube du Mondial brésilien qui se jouera finalement sans l’Usmiste. Qu’importe, Zinédine est l’une de ses nouvelles attractions du championnat local et son titre de meilleur joueur espoir de l’année 2013 ne fait d’ailleurs que confirmer tout le bien que l’on pense de lui.

Ferhat usma

À cette époque, certains clubs français s’intéressent déjà à lui, des contacts facilités notamment car les coachs des clubs en question ne sont autres que Rolland Courbis et Hervé Renard, tous deux passés par l’USM Alger entre 2011 et 2013. « J’ai un contact avec le FC Sochaux et Hervé Renard avec qui j’ai discuté au téléphone. Après oui les gens parlent d’un intérêt de Montpellier, je suis en contact permanent avec Rolland Courbis car c’est mon ancien entraineur avec qui j’ai remporté un doublé à l’USM Alger. Actuellement, je suis encore sous contrat jusqu’en 2016. Mon principal objectif est d’aller en Europe inshaAllah » déclarera l’intéressé peu avant la Coupe du Monde 2014. Un objectif qu’il ne réalisera qu’à la fin de son bail avec le club de la capitale. Le Havre AC, l’un des plus vieux clubs de football français, accueillera le Fennec parti libre d’Algérie durant l’été 2016.

Le Havre de paix

Après cinq saisons à l’USM Alger, Ferhat atterri en Normandie, dans un club havrais qui a passé la majeure partie des années 90 en Division 1 avant de faire le « yoyo » entre l’élite et la Ligue 2 au début des années 2000. Et puis plus rien, les Ciel et Marine n’ont plus connu le gratin du football français depuis la saison 2008-2009, ratant la montée de justesse (au nombre de buts marqués) en 2016, un mois avant l’arrivée de l’Algérien. Ce dernier effectue une bonne première saison pour un joueur découvrant l’Europe. « J’arrivais du bled, seul, et en plein ramadan. Je ne connaissais personne et je vivais à l’hôtel. Ce n’était pas simple. Mais je me suis accroché en y croyant à fond » avouera-t-il dans une interview pour le journal L’Équipe. 38 matchs toutes compétitions confondues, 3 buts et surtout 9 passes décisives. Oui « surtout » car Zinou a cet amour particulier pour la passe décisive. La Ligue 2 découvre un joueur très fin techniquement, capable de servir ses coéquipiers d’un coup de patte magique. Faisons un grand bond dans le temps avec cet entretien que le droitier accordera à beIN Sports en ce début de saison 2020-2021, l’esthète confiera : « Depuis mon passage à l’académie FAF en Algérie, j’ai toujours eu ce truc pour la dernière passe et je ne marquais pas beaucoup de buts. Je prends plus de plaisir à faire la dernière passe que de marquer un but ». Ceci explique donc tout a fait la deuxième saison exceptionnelle effectuée par le numéro 8 du HAC.

Ferhat Le Havre

Retour en 2017, Zinédine débute sa deuxième saison dans l’Hexagone sur les chapeaux de roues avec six offrandes et un but lors des dix premières journées de Ligue 2. « En Algérie et au début au Havre, je demandais tout le temps le ballon dans les pieds. Maintenant je fais des appels en profondeur, derrière les défenseurs » confessera l’intéressé, toujours pour l’Équipe. Une évolution dans son jeu qui lui permettra d’être beaucoup plus décisif dans les derniers mètres adverses. Celui qui a quelques fois évoluer en tant que latéral droit sous les ordres de Courbis à Alger, découvre désormais les joies du poste de milieu excentré dans le 4-2-3-1 d’Oswald Tanchot. Ce dernier n’est d’ailleurs pas étranger au bon début de saison du Fennec : « Oswald a toujours été proche des joueurs, surtout quand il était adjoint. J’ai toujours pu lui parler, échanger. Je lui dois beaucoup » ajoutera-t-il dans les colonnes du quotidien français. Au final, Ferhat délivrera 20 passes décisives, établissant un nouveau record en Ligue 2 (toujours en cours) et dépassant de cinq unités celui détenu par Fayçal Fajr (15 passes en 2013-2014). L’Algérien sera d’ailleurs honteusement snobé de la cérémonie des trophées UNFP, ne figurant même pas dans l’équipe type de la saison. Autre déception, le HAC ne terminera que quatrième et ratera une nouvelle fois la montée de peu en s’inclinant lors des barrages face à l’AC Ajaccio au terme d’une rencontre marquée par de multiples incidents et qui ne verra son dénouement qu’au terme d’une cruelle séance de tirs aux buts (2-2 ; 5-3) dans laquelle Ferhat manquera fatalement le sien.

Ferhat meilleur passeur

 

Après cette très belle saison, du moins sur un plan personnel, plusieurs clubs montrent un intérêt pour l’Algérien qui a logiquement changé de dimension. Nantes, Saint-Étienne, Strasbourg et Amiens lui font les yeux doux, mais c’est bel et bien l’octuple champion de France qui a une longueur d’avance. Du côté de la direction havraise, la volonté est claire et limpide, il faut garder Zinou. « On ne veut pas se séparer de Ferhat, l’idée c’est de le garder et donc, on n’a pas prévu de montant le concernant » affirmera Vincent Volpe, président du Havre. Pas très bien conseillé aux moments des faits, le joueur ne l’entend pas de cette oreille et décide d’aller au bras de fer pour forcer un départ. Ce dernier n’est finalement jamais arrivé car aucun club n’avait réellement proposé une offre faisant craquer le board havrais. Après une dernière saison pleine en Normandie, Zinédine Ferhat est libre de tout contrat, le FC Nantes revient à la charge accompagné cette fois du FC Metz et du Nîmes Olympique. C’est finalement pour les Crocodiles que l’Algérien optera.

 

De novice à leader

Fleck, supporter du Nîmes Olympique « À l’heure actuelle, Zinédine Ferhat est le ‘monsieur plus’ de cette équipe »

Dans le Gard, le milieu de terrain intègre un club qui a connu plusieurs algériens dans le passé. On peut notamment citer Omar Belbey, Abderraouf Zarabi ou encore le virevoltant gaucher Rabah Gamouh que La Gazette du Fennec a interviewé il y a quelques mois dans le cadre d’une saga consacrée aux joueurs locaux algériens ayant performé dans l’élite française. Sous les ordres de Bernard Blaquart, (qui n’est autre que le frère de François Blaquart, l’ancien DTN adjoint de la FFF qui avait été invité par la FAF de Zetchi afin d’apporter son expertise sur la formation en Algérie), Zinédine Ferhat débute sa première saison en Ligue 1 comme titulaire sur l’aile droite dans un 4-4-2 très entreprenant. « J’ai l’habitude de dire que ça dépend du club où l’on travaille. À Nîmes, on ne joue pas pareil qu’à Nantes ou Bordeaux. Nous, on essaye de subir le moins possible, d’être bien en place. On axe beaucoup sur la récupération du ballon. Parfois, on subit parce qu’on n’est pas la meilleure équipe du championnat. Mais on essaye de rester au niveau de la ligne médiane et de ne pas défendre notre cage » confiait l’ex-coach nîmois pour Onze Mondial en août 2020. Ça tombe bien, l’Algérien n’est pas du genre à rechigner à l’effort.

Ferhat Nîmes Olympique

Son début de saison 2019-2020 ne pouvait mieux commencer, deux passes décisives et un but lors des quatre premières rencontres de Ligue 1, Ferhat s’acclimate vite. Très actif sur son côté droit, l’Algérien apporte cette touche de créativité avec ballon (2 passes clés par match en moyenne amenant une occasion de but) et sait tout aussi bien contribuer au repli défensif et pressing de zone nîmois obligeant l’adversaire a très vite perdre le ballon. Cependant, une blessure au genou survenue au milieu du mois d’octobre 2019 ralentira sa très bonne forme du début de saison. Interrogé par nos soins, Eric Delanzy (Twitter : @EricDelanzy)journaliste pour le Midi Libre est revenu sur cette période : « Il avait fait un excellent début de saison l’an dernier puis (août-septembre) puis avait été moyen après. Du coup en octobre je lui avais posé la question suivante : « Tu as prouvé que tu étais un bon joueur de ligue 1 en été, la saison passée et cette saison. Vas tu prouver que tu es un bon joueur en automne ? » Il m’avait répondu : « non je vais prouver que je suis un bon joueur de ligue 1 tout court » ». Malheureusement, le Fennec ne pourra pas le prouver en deuxième partie saison, la faute au COVID-19 qui arrêtera définitivement le championnat de France au mois de mars. Impliqué sur 7 buts en 26 rencontres (3 buts et 4 passes décisives), l’ancien Usmiste est l’un des Crocodiles les plus décisifs aux côtés de Philipotteaux et Yassine Benrahou. Ce n’est donc que partie remise.

Ferhat Nîmes Olympique

 

La saison 2020-2021 du Nîmes Olympique débute sans son fidèle et compétent entraîneur, Bernard Blaquart. Ce dernier avait rejoint le club gardois en 2013 avant de le faire monter en Ligue 1 à l’issue de la saison 2017-2018. C’est son désormais ancien adjoint, Jérôme Arpinon qui reprend les reines de l’effectif professionnel. Pour Ferhat, rien ne change, le joueur issu de l’Académie FAF entame cette nouvelle saison tambours battants avec trois buts et trois passes décisives délivrées lors des sept premières rencontres de Ligue 1 UberEats (joueur le plus décisif du club). Au delà des statistiques, on sent un joueur beaucoup plus mature dans ses prises de décisions, il devient incontestablement le leader technique et l’un des seules satisfactions d’un Nîmes bien pâle (lanterne rouge). Supporter actif sur Twitter (@Fleck_Scout) et très informé sur le Nîmes Olympique, Fleck se réjouit de la présence de Ferhat dans les rangs de son club : « Pour parler un peu de ce que je pense au sujet de Ferhat, à l’heure actuelle c’est le « monsieur + » de cette équipe. D’ailleurs je pense même qu’on ne lui donne pas assez les clefs du jeu, mais bon il ne faut pas trop en demander avec Arpinon. Pour moi c’est une chance de l’avoir à Nîmes, car soyons réalistes il a le niveau pour évoluer plus haut dans une équipe à son niveau, pas avec des joueurs de bas de tableau ». Ce féru de palette tactique et d’analyse Data ajoute : « C’est un joueur hyper agréable à voir jouer, il est capable de gestes techniques hallucinants qui en font un vrai artiste, mais il sait aussi jouer simple et c’est surement là que je l’aime le plus, quand il bosse au service de l’équipe. C’est lui qui fait briller ses coéquipiers, par une passe en profondeur, un décalage, un centre… Au sein de l’effectif ce n’est pas le capitaine, mais c’est un véritable leader, c’est la caution technique de ce groupe et il s’affirme de match en match ». Même constat du côté de notre confrère de Midi Libre : « Ce n’est pas le leader du groupe car il y a des joueurs plus anciens dans l’effectif mais le leader du jeu, oui ». Un début de saison tonitruant qui lui permettra de retrouver l’Équipe nationale en octobre 2020, un an après. Mais une nouvelle blessure, à la malléole cette fois, l’empêchera de reporter le maillot des Verts.

Une valeur sûre de l’élite?

Eric Delanzy (journaliste Midi Libre) : « Il est en train de prouver qu’il a parfaitement sa place en Ligue 1 »

Âgé de 27 ans, Zinédine Ferhat est devenu, en peu de temps, un joueur qui compte au sein de l’échiquier du coach Arpinon mais également un joueur loué et très observé en Ligue 1 de par ses qualités et ses prestations. Mais celui qui a déclaré en début de saison « vouloir au moins marquer sept ou huit buts cette année » devrait désormais viser plus haut afin de poursuivre sa progression et rattraper le temps perdu. Arrivé dans la période dite « charnière » pour un joueur de football, Ferhat pourrait se servir de cette saison pour rebondir dans un club plus huppé avec de meilleures ambitions sportives. D’autant plus que son rôle de leader technique l’oblige à prendre les commandes du jeu gardois, souvent esseulé dans un onze mal en point, il s’expose vite aux pertes de balles (20,5 en moyenne depuis le début de saison, plus gros total de Ligue 1). Fleck est d’ailleurs sur la même longueur d’ondes : « Pour son bien personnel, je pense qu’il faudrait qu’il puisse rejoindre vite un club un peu plus huppé car il entre dans l’âge où il peut être à son « prime » et il ne faut pas qu’il laisse passer l’occasion de briller plus haut. Avec Nîmes il sera malheureusement limité, c’est dommage pour lui même si je suis très heureux qu’il soit chez nous » nous a confié le supporter. Eric Delanzy, de son côté, pense qu’un bon de sortie lui sera délivré en fin de saison : « Il est en train de prouver que c’est un bon joueur de Ligue 1. Je pense qu’il aura un bon de sortie oui. Il est en fin de contrat en 2022, mise à prix 10 millions s’il continue comme ça je pense. Le public serait déçu mais comprendrait, c’est un très bon mec, toujours le sourire! Tout le monde l’aime à Nîmes ». Reste à savoir quels clubs seraient intéressés par les services de l’Algérien, déjà snobé malgré son historique saison en Ligue 2.

Ferhat Nîmes Olympique

À l’occasion d’une interview de Rolland Courbis réalisée par nos soins, l’ex-coach de l’USM Alger gardait toujours espoir pour voir son ancien protégé gravir les échelons : « Je pense qu’il a encore une marge de progression importante. C’est juste dommage qu’il n’ait pas connu la Ligue 1 une saison ou deux plus tôt. Mais ce n’est pas grave, il a encore la possibilité de faire une belle deuxième partie de carrière ». Une deuxième partie de carrière que l’on espère radieuse pour un joueur plein d’ambition et qui pourrait également s’écrire dans la continuité au sein de l’Équipe nationale algérienne. Car même si la concurrence est rude et que les places valent chères, Zinédine Ferhat a son mot à dire afin de, pourquoi pas, s’établir dans la rotation de Djamel Belmadi. Un transfert et des prestations dans un club plus ambitieux faciliterait incontestablement la tâche de notre « Zinou national ».

Quelques prestations de Zinou Ferhat à Nîmes

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.