Nous contacter

Equipe Nationale

Halilhodzic – Algérie: Une courtoisie qui devrait accentuer la nostalgie

Publié

le

Vahid Halilhodzic

Lors de la Coupe du Monde 2014, l’Algérie signait un parcours remarquable avec une qualification historique au second tour. Aux commandes techniques, il y avait Vahid Halilhodzic. Malgré un échec à la CAN-2013 et un caractère “spécial”, le technicien de 69 ans n’a jamais été empêché de son “dû”: driver la sélection qu’il a qualifiée au Mondial. Et c’était l’exception. En effet, les trois autres équipes nationales avec lesquelles il a validé un strapontin pour le rendez-vous planétaire l’ont toujours remercié à l’approche du tournoi.

La Côte d’Ivoire en 2010, le Japon en 2018 et maintenant le Maroc en 2022, Halilhodzic a été rattrapé par la malédiction qui semble lui coller à la peau. Pour la 3e édition sur les 4 dernières séquences de la CDM, il ne fera pas partie des 32 sélectionneurs recensés pour le tournoi majeur.

Certes, il y avait Gourcuff mais…

Ainsi, l’Algérie demeure la seule à avoir respecté le contrat qui liait les deux parties. Et ce malgré des couacs sportifs (très mauvaise CAN-2013 avec une élimination au premier tour) et des tensions sur le chemin. Avec les Fennecs, le désormais ancien entraîneur des Lions de l’Atlas a pu honorer sa seule et unique présence en Coupe du Monde, une ligne premium dans son CV. Au Brésil, il a vécu le sommet de sa carrière en coaching.

Aux rênes de l’EN, il avait carte blanche puisqu’il avait décidé d’écarter des joueurs importants dès son arrivée. On pense notamment à Karim Ziani puis Anthar Yahia et Nadir Belhadj plus tard. Il avait montré beaucoup de poigne dans sa gestion du vestiaire. Et les tentatives d’interférences de Mohamed Raouraoua, président de la Fédération algérienne de football (FAF) à l’époque, ont donné naissance à certaines frictions. Chez les voisins, sa relation tendue avec Hakim Ziyech lui a coûté son poste.

Un peu (beaucoup) trop orgueilleux

Toutefois, le patron de la FAF n’est pas allé jusqu’à rompre le bail qui liait les deux parties. Cependant, il n’avait pas hésité à lui trouver un successeur, en la personne de Christian Gourcuff, et de l’annoncer en grandes pompes pendant qu’El-Khadra disputait le Mondial brésilien. Au final, les Verts ont réalisé une campagne qui restera dans les annales et après laquelle le défunt président Abdelaziz Bouteflika avait essayé de convaincre Halilhodzic de rester. Une proposition qu’il avait déclinée… par orgueil. Et il était un peu mal-placé si l’on considère la suite de la carrière du Bosnien.

L’ex attaquant du FC Nantes pensait certainement que sa carrière allait décoller après cette performance. C’est ce qui est arrivé. Il réussira à emmener les Japonais et les Marocains en Coupe du Monde. Cependant, il ne retrouvera jamais une instance footballistique qui le confortera et montrera de la courtoisie dans les rapports. Après ces deux camouflets, V.H devrait plus considérer son escale algérienne où il avait eu le respect requis.

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.