Nous contacter

Equipe Nationale

Mehdi Leris, le plus Italien des Algériens

Publié

le

mehdi leris neo fennec blanc sidi moussa

Seule nouveauté de la liste de Djamel Belmadi pour les deux confrontations amicales contre le Mali et la Suède, Mehdi Leris (24 ans ; Sampdoria) devrait normalement connaitre sa première apparition sous le maillot national contre le Mali en amical, dans 3 jours. Assez méconnu du public algérien, on tentera à travers cet article de revenir sur son parcours mais aussi de décrypter son profil et ce qu’il pourrait apporter à l’Equipe Nationale.

Les Verts sont entrés en regroupement ce lundi à Sidi Moussa pour préparer les deux matchs amicaux de cette fenêtre FIFA de novembre, face au Mali demain au Stade Miloud Hadefi d’Oran, puis à Malmo en Suède samedi prochain face au pays hôte. Le sélectionneur national, Djamel Belmadi, a convoqué Mehdi Léris (1m86; 24 ans) pour la première fois de sa carrière et il pourrait connaitre sa première apparition contre les Aigles ce jeudi.

Son parcours

De père français d’origine espagnole et de mère française d’origine algérienne (de Mostaganem), Mehdi Pascal Marcel Léris quitta le domicile familial dès l’âge de 15 ans en signant au Chievo Verone (Italie; Serie A), après une détection concluante lors d’un tournoi à Clairefontaine en 2013. Très vite, le néo-international algérien découvre l’exigence physique et surtout tactique de la formation italienne. Il évoluera d’abord avec les U17 du Chievo puis les U19, durant deux ans, avant d’être prêté à la Juventus B lors de la saison 2016-2017. Il participera à la Youth League avec les U21 et remportera notamment la Coupe d’Italie avec les A de la Vieille Dame en figurant dans le groupe sans toutefois entrer en jeu. Son retour à Chievo coïncide avec la signature de son premier contrat professionnel et ses débuts en Serie A. Il y restera deux saisons (27 matchs) puis la Sampodria l’achète pour 3 millions d’euro.

Mehdi Leris

Son profil 

Ses contacts avec l’équipe nationale ne datent pas de l’ère Djamel Belmadi, puisque Hocine Achiou l’avait déjà sollicité à l’époque quand il drivait les U20. La FAF a encore pensé à lui pour l’intégrer avec les U23 mais la réponse du joueur fut encore une fois négative. Bien qu’il n’ait pas répondu favorablement à la demande, il n’en demeure pas moins que ce n’est pas le premier joueur et ni le dernier à repousser les sollicitations de la FAF.

Aujourd’hui, à 24 ans, le plus Italien des Algériens, est plus que jamais décidé et motivé pour apporter un plus aux Guerriers du Désert. Sa polyvalence peut offrir plusieurs des solutions au driver des Verts. En effet, il peut évoluer comme Latéral droit/gauche, ailier droit/gauche et milieu défensif (son poste de prédilection). Le natif de Mont-de-Marsan a donc de la bouteille dans tous les postes cités et cela démontre une maturité et une connaissance tactique conséquente. Son mètre 86 apportera aussi de la taille dans les phases arrêtées. Ce qui n’est pas négligeable en Afrique.

Ce qu’il peut apporter

Dans l’utilisation du ballon c’est très propre. Il peut apporter une certaine fluidité dans le jeu des Verts grâce à sa qualité de passe. Aussi, quand le jeu le demande, le néo-Fennec peut conserver le ballon, voir dribbler pour créer du déséquilibre. Sur un côté, on s’aperçoit qu’il peut apporter de la verticalité malgré qu’il soit, statistiquement, peu efficace dans la dernière passe. Raison pour laquelle, les entraîneurs n’hésitent pas à le faire descendre d’un cran pour profiter de sa touche technique.

Défensivement, au poste de latéral droit (où il serait la doublure d’Atal), c’est encore perfectible. Mais techniquement c’est nettement au dessus de Zedadka et Benayada. En soit, c’est un profil vraiment atypique auquel le sélectionneur national devra trouver une bonne formule pour bien exploiter ses capacités.

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.