Nous contacter

#Team DZ

Milan AC : Bennacer, milieu des doutes

Publié

le

20210920 171925

Le 04 août 2019, après une CAN très aboutie avec l’Algérie, Ismaël Bennacer a été transféré au Milan AC en provenance d’Empoli FC. Coût de la transaction : 12 millions d’euros. Le potentiel de celui qui a été élu meilleur joueur du tournoi continental en Egypte était indéniable. Et il l’a confirmé par la suite en se faisant de la place dans le onze lombard. Sur une courbe footballistique ascendante pendant plus d’une saison et demie, l’Algérien connaît une sacrée baisse de régime. D’ailleurs, depuis l’entame de l’exercice actuel, il n’a débuté qu’un seul match comme titulaire sur 5 disputés par son club. Préoccupant.

Nombreux peuvent penser que c’est juste une précaution que prend Stefano Pioli pour Bennacer qui est en délicatesse avec sa cuisse depuis plus de 9 mois maintenant. Un problème qui semble s’éterniser et handicaper sérieusement la progression du milieu de terrain de 23 ans.

Fausse route à Anfield Road

Sur cet espace, on a récemment évoqué sa blessure aux ischio-jambiers de la jambe droite. Un problème qui s’est déclenché en décembre 2020, qui l’a clairement cassé dans son élan. Quand on manque 25 matchs des 53 joués par les Rossoneri, ce n’est pas évident de garder la mestria du regista.

D’ailleurs, quand on voit ses récentes entrées en jeu avec les Milanais, on se rend compte que l’ancien sociétaire d’Arsenal n’est pas aussi tranchant qu’auparavant. La conservation de ballon, la relance et la profondeur étaient ses caractéristiques.

Pour sa première titularisation de la séquence 2021-2022, il a eu droit un bizutage européen dans une enceinte et un club mythique : une sortie à Anfield contre Liverpool. Sa copie était moyenne. Mal positionné (il devait laisser Henderson partir dans la zone morte au lieu de le suivre et ouvrir l’espace à Trent-Arnold) sur le premier but. Par la suite, il y a eu un pénalty provoqué en faveur de l’adversaire et un dégagement dans l’axe qui a amené le but de la victoire des Reds. Pas de quoi soigner le moral et regagner du crédit et de la confiance. Ce dimanche, il s’est retrouvé sur le banc pour le choc en Serie A contre la Juventus Turin.

Tonali l’a-t-il supplanté dans la hiérarchie ?

Pour ne rien arranger, un certain Sandro Tonali prend ses aises et cumule du temps de jeu dans le milieu de terrain. L’international italien est devenu binôme de Franck Kessie. Il a pu profiter des forfaits forcés et répétés de Bennacer pour se faire de la place malgré ses lacunes. Intrinsèquement, le Fennec, qui a eu droit à 30 minutes face à la Juve, a un bagage moins conséquent que l’Algérien. Toutefois, le fait d’enchaîner les matchs l’a aidé à gagner des galons. Pourtant, lors de la saison écoulée, Pioli a même dû prêter Soualihou Meïte au Torino pour dépanner en l’absence du Dz.

A cette période, Tonali ne présentait pas assez de maturité et garanties pour s’acquitter du rôle dans le cœur du jeu. La donne a changé en quelques mois. Et c’est en défaveur du Vert qui se retrouve dans le rouge en termes de temps passé sur le terrain : 157 sur 450 minutes possibles. Ce sont clairement les chiffres d’un recours alternatif. Ainsi, la crainte que Bennacer soit déclassée dans la hiérarchie du poste s’accentue avec tout l’impact que cela pourrait avoir sur son rendement à l’avenir.

Opérer pour retrouver les pleines facultés ?

Avoir une cuisse récalcitrante n’arrangera pas son cas. En effet, face à Liverpool, il a porté une cuissière qu’on pouvait voir sous son short au niveau de la jambe droite. Est-ce qu’il n’est pas totalement remis de sa déchirure au biceps crural ? L’éventualité est presque évidente. Doit-il passer sur le billard pour y remédier une fois pour toute ? La probabilité s’agrandit ? Et s’il devra le faire, ça sera pour quand ? D’autant plus que la CAN-2021 se profile à l’horizon. Sans oublier les rencontres décisives pour l’EN dans les éliminatoires de la Coupe du Monde Qatar 2022.

Etre obligé de composer sans lui sera une véritable contrainte pour l’équipe nationale et Djamel Belmadi. A ce titre, on notera que, même amoindri, le Milanais avait joué l’intégralité du match contre le Burkina Faso. C’était après voir disputé une mi-temps face au Djibouti 4 jours plus tôt. Son rendement au Maroc dans le choc ayant opposé El-Khadra aux Etalons était loin d’être optimal. Dans le jeu d’Isma, il y a des choses qu’il ne fait plus comme avant. Et sa forme athlétique n’est pas étrangère à ce coup de mou qui se prolonge dans le temps.

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.