Nous contacter

Actualités

Mohamed Bessad, viré de la Fédération de Tennis pour corruption puis … nommé trésorier du COA !

Publié

le

tennis bessad fat coa

Suspendu par le MJS en 2019 de son poste de président de la Fédération Algérienne de Tennis « pour des problèmes de gestion flagrants » et poursuivi en justice pour une affaire de conflit d’intérêt, Mohamed Bessad vient d’être nommé, par on ne sait quel tour de passe-passe, trésorier du Comité Olympique Algérien, l’instance sportive censée être la plus morale du sport !

Mohamed Bessad n’est plus président de la Fédération algérienne de tennis (FAT) depuis octobre 2019. Officiellement suspendu de ses fonctions par le MJS de l’époque, Salim-Raouf Bernaoui « pour des problèmes de gestion flagrants », suspension assortie d’une action judiciaire, ledit dirigeant n’a pas été réintégré, en dépit d’une dépêche (publiée puis retirée) de l’APS annonçant son retour aux affaires sur décision de Sid-Ali Khaldi, l’actuel MJS.

Mais à ce jour, cette réhabilitation n’a jamais été exécutée sur le terrain, puisque cette semaine, le réseau officiel du MJS faisait part d’une réunion de travail le lundi 8 février 2021 entre la secrétaire d’État du sport de l’élite, Salima Souakri et le président par intérim de la FAT, Mohamed Lazar. Ce communiqué somme toute banal confirme si besoin que Mohamed Bessad est toujours suspendu et que l’affaire judiciaire enclenchée à son encontre par le MJS du temps de Bernaoui suit toujours son cours.

Magouilles et promotion

Mais là où le bas blesse c’est que Mohamed Bessad, pourtant visé par des accusations graves avec documents à l’appui, a été nommé le 31 janvier 2020 trésorier du Comité Olympique Algérien (COA) en lieu et place du défunt Rabah Chebbah, décédé brutalement le 9 décembre dernier. Il faut dire que l’ancien “boss” de la Fédération de tennis est accusé de faits graves propres à de trop nombreux dirigeants sportifs algériens qui profitent allègrement de leur fonction officielle pour se “gaver” d’avantages et en faire profiter leurs familles sur le dos de subventions étatiques ou de sponsors. Ainsi, Bessad est accusé, chèque au nom de sa femme à l’appui, d’avoir acheté du matériel de tennis pour sa fédération auprès d’une boutique de sport gérée par son fils mais aussi d’avoir vendu une voiture neuve appartenant à la FAT sans l’aval de son assemblée générale ou encore d’avoir bénéficié d’un appartement luxueux à Alger au bénéfice de sa famille.

On peut toujours croire à la présomption d’innocence de l’intéressé, mais l’on se demande néanmoins pourquoi le COA n’a pas attendu les résultats de la procédure judiciaire qui le vise pour le nommer, sachant qu’il n’a pas été réhabilité, à ce jour, dans ses fonctions de président de la FAT. Des interrogations auxquelles les messieurs du COA se doivent éclaircir au nom de l’éthique et de la transparence.

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.