Nous contacter

Interviews

OGC Nice/Atal : « Je sais ce que je dois faire pour prévenir les blessures »

Publié

le

Atal Ogc nice

Depuis sa lésion méniscale contractée en décembre 2019 avec l’OGC Nice, Youcef Atal, qui n’a pris part qu’à 16 des 42 matchs du club cette saison, n’a cessé de faire des allers-retours (5 au total) à l’infirmerie. Des pépins physiques qui ont sérieusement handicapé sa progression. Dans un entretien accordé à Nice-Matin, il assure avoir trouvé le problème. Désormais, il espère que cela l’aidera à retrouver son niveau d’avant. Extraits.

La première hypothèse qui revient souvent pour expliquer les blessures récurrentes et qu’il considère comme « un raccourci » est l’hygiène de vie. Le latéral droit de l’Équipe nationale a sa version des faits et note que « les gens ne savent pas que j’ai des fibres musculaires très fines, comme celle d’un sprinteur. Il y a de multiples explications à mes blessures. Je me suis arrêté et j’ai fait des analyses corporelles en Espagne (à Barcelone, chez le Dr. Ramon Cugat) ».

« Ça pète forcément »

L’ancien sociétaire du Paradou AC se définit comme « un joueur qui a besoin de répéter les sprints la semaine pour que le corps s’habitue. » Après avoir passé son corps au peigne fin, il sait ce qu’il doit faire désormais pour que ses jambes suivent sa tête. « Avant, je ne faisais pas ça. On me disait de me reposer pour que je garde du jus pour les matchs. J’avais confiance. Maintenant, j’ai les explications. Je dois  faire le contraire. Dans ma tête c’est clair désormais, je sais ce que je dois faire pour prévenir un maximum de blessures. J’ai un préparateur physique personnel, le club est au courant. Tout le monde travaille la main dans la main », reconnaît-il.

Aussi, le Champion d‘Afrique n’a pas manqué de rappeler que « mon jeu, ce n’est pas être dans la gestion, c’est la percussion. Tout donner sur le terrain.» Pour revenir à son examen général à Barcelone, Atal révèle qu’il a « un décalage au niveau du dos, au niveau de l’abdomen, des muscles qui n’étaient pas assez costauds depuis ma blessure au genou. Quand tu fais une vingtaine de sprints par match à 33km/h, ça pète forcément. J’avais plein de déséquilibres. Je suis reparti de zéro.»

Confiance mutuelle avec Belmadi et son avenir

Durant ses moments difficiles, le Niçois a pu compter sur un soutien de taille. C’est celui du sélectionneur Djamel Belmadi. Dernièrement, le coach de l’EN a même assuré que l’Aiglon reste le choix numéro 1 au poste d’arrière-droit chez les Fennecs. La confiance et le respect entre les deux semblent mutuels. « On parle beaucoup ensemble. Djamel veut mon bien. Je lui parle de tout. J’ai confiance en lui. Il m’a toujours beaucoup apporté, conseillé, ne m’a jamais lâché. Il m’envoie régulièrement des messages. Je le respecte énormément. Il m’aide avec son cœur comme si j’étais son fils », estime Atal.

Concernant son avenir, le natif de Boghni (Tizi Ouzou) a laissé croire qu’il devrait rester au Gym afin qu’il puisse se relancer. « Je veux réaliser de belles choses, une grande saison pour un jour viser un top club. » Pour ce qui est de ses objectifs, il ambitionne de « jouer la Ligue des Champions, faire de grandes choses à la Coupe du Monde au Qatar avec l’Algérie et remporter un petit titre avec l’OGC Nice ».

Fier de ce que Mahrez a accompli

En parlant de LDC UEFA, il a été interrogé sur la présence de Riyad Mahrez en finale avec Manchester City. « C’est une immense fierté de le voir en finale de Ligue des Champions. Il a été énorme contre le PSG. J’espère qu’il va la gagner, je suis à fond pour City. En vrai, je suis pour Riyad (rires). On l’a félicité sur notre groupe WhatsApp. Respect pour ce qu’il a fait. Il est parti de loin mais il a toujours cru en lui. C’est une belle leçon. Il bosse beaucoup. Il n’y a pas de secret si Guardiola fait de toi un cadre », s’est réjoui celui qui compte 18 capes avec l’Algérie en attendant de rejouer avec la tunique d’El-Khadra lors du mois de juin prochain.

A ce sujet, on notera qu’Atal n’a plus porté le maillot des Verts depuis le 18 novembre 2019 à Gaborone (Botswana). C’est pour dire à quel point ses blessures lui ont fait rater des rendez-vous importants et casser son ascension. Désormais, il est persuadé qu’il pourra gérer mieux ce volet et s’éviter de manquer un paquet de matchs. C’est ce qu’on espère pour lui et pour la sélection qui a grandement besoin de ses services dans un rôle que seul lui peut accomplir tant les alternatives sur le flanc droit de la défense ne sont pas en nombres.

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.