Nous contacter

A La Une

Présidence de la FAF: Mouldi Aïssaoui, le cheval noir

Publié

le

mouldi aissaoui zoom

Il s’est déjà replacé pour s’asseoir sur le fauteuil du président en succession de Charaf-Eddine Amara. Mouldi Aïssaoui (75 ans) est l’un des membres de l’actuel Bureau Fédéral que le président veut traîner dans sa chute. Et, selon des indiscrétions, il a une sacrée carte à jouer pour convaincre les Autorités de le “parachuter” à la tête de l’instance fédérale.

Il ne faudra peut-être pas chercher très loin pour trouver le prochain patron de la FAF. Alors que l’inoxydable Amar Bahloul joue des coudes pour profiter des malheurs d’Amara et se rapprocher du trône fédéral, il y a Mouldi Aïssaoui (ancien milieu de l’USM Alger et international, 5 sélections entre 1969 et 1971) qui a pris les devants pour briguer la présidence.

bahloul aissaoui mouldi ameur bureau federal reunion

Ancien ministre et ex-président de la FAF, profil idéal

Ainsi, ce dernier a pris contact avec Djamel Belmadi afin de le convaincre de continuer l’aventure avec un contrat longue durée qui s’étend jusqu’en 2026. Si sa démarche aboutit, ça sera une stratégie redoutable. Cela donnera de l’épaisseur à l’hypothèse de le voir revenir à la tête de l’instance qu’il a déjà dirigée entre septembre 1993 et juillet 1994. D’ailleurs, ce bref passage était marqué par une fin très tendue. Démis par Sid-Ali Lebib, ministre de la Jeunesse et des Sports à l’époque, Aïssaoui avait même décidé de prendre les clés de son bureau à la FAF en guise de protestation contre son éviction qui a fait réagir la FIFA.

Aussi, en parlant du MJS, on peut noter qu’Aïssaoui avait géré le Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) dans le gouvernement d’Ahmed Ouyahia en 1996. Ce pedigree pourrait correspondre aux décideurs. Son profil ferait-il le consensus avec le coach de l’équipe nationale ? Cela est une possibilité. Même si en tant qu’ancien joueur il pourrait s’immiscer dans les choix de Belmadi. Tout ce que ce dernier n’aime pas. Mais, pour avoir le poste, Aïssaoui pourrait renoncer à cette habitude qui serait préjudiciable pour ses rapports avec le sélectionneur.  La somme de tous ces éléments fait que le voir succéder à Amara soit très plausible malgré son âge avancé.

> Lire également :

https://lagazettedufennec.com/faf-de-maouche-a-amara-les-22-presidents-depuis-1962/?fbclid=IwAR3xgpUR6HkrdRUXxquDO11wHJct_QQY2TrZG4Eu0QmKVTslJBLygGtJuv4

Emission Web




Tendance

Copyright © 2023 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.