Nous contacter

Equipe Nationale

EN : M’Bolhi, un Raïs contesté

Publié

le

rais mbolhi capitaine jaune lusaka benlamri

Symbole d’une défense algérienne fébrile ces derniers temps, le gardien de l’équipe nationale, Raïs M’Bolhi, n’a pas été franchement brillant jeudi dernier face à la Zambie (3-3). Depuis un certain temps, le portier ne dégage pas la sérénité qu’on lui connaissait. Sachant qu’Alexandre Oukidja pousse, sa place dans les cages pourrait être menacée. Analyse.

Certes, on ne va pas lui imputer d’avoir concédé deux penalties. Mais le second but des Zambiens était, en partie, pour lui après avoir loupé son intervention sur corner. Avec son brassard de capitaine, M’Bolhi n’a pas montré l’assurance dans ses sorties ni de la rassurance pour ses coéquipiers dans une rencontre aux circonstances compliquées. Déjà, en novembre dernier, le natif de Paris a montré des signes alarmants à l’occasion du déplacement au Zimbabwe.

12 années de loyaux services

Sur la pelouse du National Heroes Stadium (Lusaka), le sociétaire d’El-Ettifaq (Arabie saoudite) est retombé dans ses travers. Faiblesse visible et qui saute aux yeux : les sorties aériennes. Parfois, trop court. D’autres pas assez autoritaire. Le keeper, qui fêtera ses 35 ans le 25 avril prochain, était impliqué dans des phases de jeu qui ont mis les siens en grand danger. Même les dégagements au coup de poings (un geste technique assez difficile à faire) manquaient cruellement de justesse.

rais mbolhi echauffement lusaka

Si contre le Zimbabwe beaucoup de supporters se sont montrés indulgents avec lui. Son rendement ce jeudi a, quelque part, confirmé l’hypothèse de baisse de forme. Fort d’une longévité de presque 12 années au service des Guerriers du Désert, il a une sorte de bouclier auprès des Algériens qui lui pardonnent ses parties en demi-teinte.

On parle d’un international qui a compilé 76 sélections et réalisé 28 clean sheets depuis ses débuts dans les cages le 28 mai 2010 à Dublin (Eire) quand l’Algérie préparait la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. C’était le tournoi qui l’a révélé avec cette partie spectaculaire contre l’Angleterre. Quatre années plus tard, au Brésil, il a sorti une masterclass face à l’Allemagne en compilant 10 parades à l’occasion de l’historique 1/8 de finale du Mondial 2014.

74 buts concédés en 76 matchs

M’Bolhi a toujours été important car il fait partie de la colonne vertébrale de l’EN. A partir de là, cette omniprésence rend la critique délicate et difficile. On voit s’y mêler sentimentalisme et émotion. Le gardien formé à l’Olympique de Marseille s’est approprié les gants du titulaire au sein des Verts. La seule coupure était lors du passage calamiteux de Rabah Madjer sur le banc algérien.

Une mise à l’écart de courte durée puisque Djamel Belmadi l’a vite remis comme titulaire du poste. Décision importante tant le portier, qui a concédé 74 buts à l’international, a su diriger la défense algérienne lors de la CAN-2019 remportée en Égypte grâce, il faut le rappeler, à une dernière ligne solide qui n’a concédé que 2 buts durant le tournoi.

Oukidja, l’avènement imminent d’Alexandre

Toutefois, on peut craindre que son niveau ne soit plus le même 20 mois plus tard. Ce n’est aussi pas le cas de la défense Dz qui concède beaucoup depuis un certain temps. D’ailleurs, l’arrière-garde a craqué sur ses 4 derniers tests avec 8 buts encaissés. Est-ce M’Bolhi le maillon faible de la dernière ligne depuis un certain temps ? Peut-être. Est-ce que Belmadi prendra le risque de le rétrograder dans la hiérarchie en faveur d’un Alexandre Oukidja qui est prêt à jouer le jeu et déloger son concurrent ? C’est fort probable.

oukidja alexandre echauffement sidi moussa rouge

La prochaine sortie d’El-Khadra, prévue ce lundi 29 mars au stade Mustapha Tchaker (Blida), contre le Botswana nous dira un peu plus sur la tendance. Le Messin pourrait se voir accorder une opportunité pour faire douter Belmadi de le convaincre qu’il peut tenir la baraque à l’approche des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 qui débutent en juin.

Il y a quelque temps, le dernier rempart du FC Metz a déclaré : « le poste de numéro 1 ? Oui c’est une ambition mais j’ai un grand respect pour mes concurrents qui sont devant moi. Je les ai beaucoup regardés au début, maintenant que j’ai quelques rassemblements derrière moi on se parle normalement. Je travaille au FC Metz pour être performant afin d’espérer faire quelques matches en sélection mais il y a de la concurrence ». La détermination est affichée. Et cela stimulera peut-être M’Bolhi pour faire ressortir ses facultés « gardienistiques ».

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.