Nous contacter

Décryptage

FOCUS FENNEC : Ryad Boudebouz, la belle cure de jouvence

Publié

le

Ryad Boudebouz Messi Gueye Danilo

Auteur de prestations de qualité depuis quelques semaines avec l’AS Saint-Etienne, Ryad Boudebouz est revenu dans les plans de Claude Puel après de longs mois passés sur le banc. Impressionnant de sérénité et de maitrise technique malgré la défaite face au Paris Saint-Germain ce dimanche, l’Algérien vit comme une seconde jeunesse dans le nouveau rôle que lui a attribué l’ancien coach de l’AS Monaco. Des performances très remarquées qui ont même fait rejaillir un hypothétique retour en sélection nationale.. Décryptage.

Le stade Geoffroy Guichard a reçu du beau monde ce dimanche lors de la rencontre entre l’AS Saint-Etienne et le Paris Saint-Germain. Outre les supporters venus en masse pour soutenir les Verts, mal-en-point cette saison, d’autres spectateurs étaient également venus observer de près les stars du club de la capitale. Lionel Messi, Neymar, Kylian Mbappé, Angel Di Maria ou encore Sergio Ramos, ils étaient tous présents au coup d’envoi de cette opposition comptant pour la 15ème journée. En face, Ryad Boudebouz et ses compères ont su tenir la dragée haute (malgré la défaite 1-3) au finaliste européen 2020. Repositionné en tant que sentinelle devant la défense, l’international algérien a délivré une partition parfaite et n’a pas du tout été impressionné par l’adversité, bien au contraire.

Une suite logique

D’ailleurs l’ancien Sochalien avait tenu des propos on ne peut plus clairs juste avant l’opposition face à l’octuple champion de France. « Perso, je ne suis pas fan du Paris SG, a lâché l’Algérien au cours d’une interview accordée à L’Equipe. Mon kiff, c’est le Real Madrid. Après, quand tu es joueur, tu rêves de jouer contre Messi, Neymar et Mbappé, pour savoir où tu te situes. […] Jamais de la vie, je prends le temps de les regarder. Ce que je veux, c’est leur faire mal dans le jeu » avait-il prévenu. Le décor fut planté. Repositionné plus bas sur le terrain, le désormais ex-meneur de jeu a, lui aussi, dû s’adapter au football moderne qui a fait disparaître le rôle du numéro 10 à l’ancienne.

boudebouz ryad vert asse baguette

Le constructeur et le dépositaire du jeu se situe désormais beaucoup plus bas sur le rectangle vert, laissant la ligne d’attaque faire la différence avec un mélange de vitesse et d’explosivité. Placé juste devant la défense et grâce à une qualité technique peu comparable, Boudebouz a longtemps été la rampe de lancement des attaques stéphanoises (1 passe clé, 6 passes vers l’avant réussies sur 10 tentés). Capable de résister sous la pression des milieux et offensifs parisiens, l’Algérien n’a rien perdu de sa patte gauche qui a longtemps terrorisé les défenses adverses à Sochaux, Bastia ou Montpellier (46 buts et 56 passes décisives en Ligue 1). Un nouveau poste que le Fennec occupe depuis quelques matchs et qui lui a notamment permis d’être passeur décisif à Troyes le 21 novembre dernier (1-0).

Finalement une suite logique pour l’ex-Sévillan à l’image des meneurs de jeu reculés tels Jorginho, Pirlo ou Thiago Motta. Le meilleur espoir algérien de l’année 2010 s’accommode à merveille dans un rôle qu’il n’avait encore jamais connu et se montre toujours enclin à faire des efforts pour le collectif. “Avec l’expérience, j’ai compris que ma situation ne devait pas traverser le collectif et lui faire du mal. Le club est au-dessus de tout et on doit le sauver. Aujourd’hui, on n’a pas le droit d’avoir des états d’âme ou de la rancoeur. Il faut gagner des matches” a-t-il déclaré avant sa superbe rencontre face au PSG. Cette dernière est d’ailleurs venue confirmer la très bonne forme de l’Algérien, au plus grand bonheur de Claude Puel.

La sélection? et si..

Le coach stéphanois s’était exprimé sur ce choix et a souligné l’abnégation du milieu de terrain de 31 ans : «Ryad (Boudebouz) s’est réinscrit dans le football moderne, avec un volume de jeu et d’intensité que je ne lui voyais pas, l’an dernier. Sa particularité, c’est de n’avoir jamais lâché. Mis en difficulté, il est réapparu à un niveau supérieur. Il aime le jeu et le football. À ce titre, Ryad est un très bon exemple pour les jeunes. Je le sens vraiment concerné, avec une vraie action de leadership. […] Tout est une question d’équilibre. On a décidé de mettre Ryad Boudebouz devant la défense pour compenser l’absence d’Yvan Neyou. […] Ce n’est pas une trouvaille. Il a la faculté de tenir le ballon. C’est une place très exigeante sur le plan technique. Lorsqu’Yvan Neyou est absent, on a moins de possibilités d’ouvrir le jeu. Avec Ryad un cran plus bas, c’est plus de sérénité technique et de la confiance pour nos défenseurs. Rien n’est arrêté dans ce milieu de terrain ». 

Une juste récompense pour celui qui n’a jamais voulu se plaindre de sa situation malgré avoir été mis au placard à de nombreuses reprises. On se rappelle notamment de son vrai-faux départ au Qatar SC à l’aube de la saison 2020-2021. Au regard des dernières semaines et au vu de l’expérience du joueur, d’aucuns ont remis sur la table un éventuel retour en sélection. Bien entendu, il ne s’agit pas d’aller trop vite en besogne surtout lorsque l’on connait Djamel Belmadi qui n’est pas adepte de chamboulement soudain.

Mais après l’analyse rapide de l’entrejeu des Fennecs, et en prenant compte de certaines absences ou méformes, celui qui n’a plus été convoqué en sélection nationale depuis septembre 2018 ne ferait pas tâche avec une palette beaucoup plus complète qu’auparavant. “Je ne suis pas un défensif dans l’âme mais j’essaie de faire un maximum et d’anticiper les choses. Ce n’est pas mon kiff (rires). Mais je m’appuie sur mon expérience de 10 pour penser comme eux et les mettre en difficulté ” avait-il déclaré au sortir de la rencontre face au Paris Saint-Germain. De quoi donner des idées à un sélectionneur algérien qui peine parfois à trouver une sentinelle efficace?

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.