Nous contacter

Equipe Nationale

Iran-Algérie (1-2): L’Algérie taille « Mondialiste » !

Publié

le

img 6117

L’équipe nationale a enchainé avec un troisième succès face à l’Iran (2-1), dimanche, en match amical disputé à Doha. Les nombreux changements opérés par Djamel Belmadi à l’occasion n’ont en aucun cas influé sur le rendement des Verts qui auront dominé de bout en bout une équipe iranienne qualifiée pour le Mondial 2022.

S’il y a bien une équipe qui incarne le mieux le renouveau prôné par Djamel Belmadi, c’est certainement l’équipe qui a affronté ce dimanche l’Iran à Doha (Qatar). Composée essentiellement de joueurs qui sont associés ensemble pour la toute première fois, l’équipe qui a battu l’Iran, dimanche, a signé l’acte de naissance d’une nouvelle ère. Si beaucoup de chemin reste à faire, les prestations de l’EN durant les trois matches de ce mois de juin prouvent qu’on peut parfaitement reculer pour mieux sauter…

Nouveaux n’est pas novices ! 

Les coéquipiers de Bennacer débuteront le match timidement. Durant près de dix minutes, ils regarderont une équipe iranienne bien huilée dérouler. La défense algérienne sera mise à rude épreuve au moins à deux reprises. Mais elle joue bien la ligne de hors jeu et parvient à absorber tant bien que mal les offensives adverses.

Au fil des minutes, les Algériens reprendront le jeu à leur compte. S’appuyant sur un axe central Bedrane-Tougai qui a accumulé du temps de jeu ensemble (ils forment la paire centrale de la défense de l’Espérance de Tunis) et un milieu créateur, les Verts vont acculer leur adversaire dans sa deuxième moitié de terrain. Passant indifféremment à gauche comme à droite, ils vont mettre à mal la défense iranienne à plusieurs reprises.

C’est dire que lorsque Riad Benayad s’en va battre Abedzadeh à la 43’ ce n’était qu’une conclusion logique d’une domination quasi-totale des Algériens. Pour des joueurs qui disputent leur toute première rencontre ensemble, et de surcroît face à une sélection qui n’a perdu qu’un seul de ses dix-sept derniers matches, il y a vraiment de quoi pavoiser. Surtout que les Verts auraient pu finir la première mi-temps avec un score autrement plus lourd eu égard aux nombres d’occasions crées. Ceci nonobstant le penalty pourtant évident refusé à Rachid Ghezzal après un fauchage en règle dans la surface de réparation.

Et de deux pour Amoura !

Au retour des vestiaires, et sans doute piqués au vif, les Iraniens vont se ruer à l’abordage de l’arrière garde algérienne. Si celle-ci a réussi à tenir bon durant le premier quart d’heure de la deuxième mi-temps, il va finir par baisser pavillon face à Alireza Jahanbakhsh (64’) après un flottement consécutive à un changement tactique (1-1).

Mais comme en première mi-temps, le réveil de l’Iran ne durera pas. Feu de paille ! L’équipe nationale, renforcée par Ounas, Belaili, Zerrouki, Hamache et Amoura, reprendra la maîtrise du jeu. Exerçant un pressing haut sur le porteur du ballon, les coéquipiers d’Ismaël Bennacer, promu capitaine à l’occasion, vont mettre en difficulté l’Iran. Proposant un jeu offensif varié, agrémenté par le génie d’Ounas, Belaili et Amoura, l’EN finira, comme en première mi-temps, par détourner le rideau iranien et rajouter un deuxième but mérité par le biais d’un Amoura qui n’arrête plus de surprendre (deuxième but en deux matches).

C’est le troisième succès d’affilé de l’équipe nationale qui rompt définitivement avec l’épisode camerounais. Elle aura inéluctablement gagné un match, mais aussi et surtout un groupe. Les joueurs qui ont battu l’Iran ont tous gagné des galons. De quoi embarrasser Djamel Belmadi. Mais ça, c’est un mal pour un bien…

Galerie photo du match Algérie-Iran (2-1):

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.