Nous contacter

Entretien Exclusif

Maxime Mermoz : « Je veux aider l’Algérie à se qualifier à la Coupe du Monde 2023 en France »

Publié

le

maxime mermoz mourad gherbi interview rugby

Star du rugby mondial désormais à la retraite, l’ex-international français Maxime Adel Mermoz (35 sélections avec les Bleus) a manifesté son envie d’aider au développement du rugby algérien. Né d’une mère algérienne originaire de Tenès et très attaché à ses racines, le Vice-Champion du Monde 2011 et triple Champion d’Europe avec le RC Toulon a accordé un entretien à La Gazette du Fennec où il évoque sa prochaine mission avec la Fédération Algérienne de Rugby. Objectif : attirer les meilleurs joueurs d’origine DZ du Top 14 et Pro D2 en prévision de la prochaine Coupe du Monde 2023 qui aura lieu en France !

Maxime Mermoz, bienvenue sur La Gazette du Fennec. Ton nom circule dans le milieu du rugby algérien et on évoque ton implication prochaine au sein de la Fédération ?

Tout à fait…après ma rencontre avec Mourad Gherbi (NDLR : Vice-président de la Fédération Algérienne de Rugby) et du fait que ma maman soit algérienne et ayant de la famille en Algérie, j’ai exprimé mon envie d’apporter une aide au rugby algérien. J’ai senti qu’il y a une réelle volonté de développer le rugby dans ce pays et du coup j’ai trouvé ça légitime que je m’implique, il ne restait plus qu’à trouver la bonne formule pour pouvoir continuer ensemble.

Avant de parler plus en détails sur ta collaboration futur avec la Fédération algérienne, pourrais-tu nous présenter un peu qui est Maxime Mermoz, ton parcours, ton palmarès dans le rugby ?

Je suis arrivé à 15 ans des Vosges au Stade Toulousain. J’ai eu la chance de gagner un peu tous les titres en jeunes, Champion du monde U21 ensuite en séniors 4 fois Champions de France, 3 fois Champions d’Europe, Vice-Champion du Monde avec les Bleus en 2011. Mes principaux clubs durant ma carrière, Stade Toulousain, Perpignan et le RC Toulon ainsi que deux clubs en Angleterre (Leicester Tiger et Newcastle Falcons). J’ai connu une riche carrière, faite d’intensité, d’ambition. J’ai eu la chance à chaque fois de choisir les clubs où je sentais qu’il y avait un bon potentiel pour faire de belles choses. Du coup je n’ai jamais eu le temps de me rendre compte que le temps passait. C’est pourquoi je suis assez reconnaissant de toute cette richesse que m’a apporté le rugby.

Quel est la durée de ta carrière dans le haut niveau ?

Longue…(rire) je pense 16 ou 17 ans de longévité.

maxime mermoz france ecosse

Ton plus grand souvenir dans ta carrière ?

Il n’y en a pas… c’est un tout, on ne peut pas dissocier ! Il y a des moments plus mémorables que d’autres, que ce soit positif ou non, mais il n’y a pas spécialement de moment.

On peut dire qu’aujourd’hui tu es en fin de carrière, tu ne rejoueras plus ?

(hésitant)… peut être que je rejouerai mais ce n’est pas prévu.

On a entendu aussi que tu intégrais la chaine de télévision BeIn Sport, c’est bien ça ?

Oui, c’est ça je fais un peu de consulting pour eux, il y a une bonne ambiance et un esprit que j’aime bien. Il y a une émission multisport où je peux réagir sur divers sports. Étant passionné de tous les sports j’ai cette possibilité d’intervenir sur les sujets que je veux. J’ai commencé il y a deux semaines pour le samedi et dimanche en plateau concernant les 1/4 de finales de la Coupe d’Europe. Je dois aussi réaliser d’autres sujets en dehors pour BeIn. Ce qui m’intéresse c’est de rester en partie dans le monde du rugby mais aussi d’en sortir car je me suis toujours intéressé à tous les sports. C’est à vrai dire un prétexte pour travailler sur d’autres choses. Je vais réaliser des petites interviews sympas avec des humoristes, des acteurs, etc. Pour essayer de montrer une facette différente des gens que les images préfabriquées que certaines chaines essaient de montrer. 

« Mon rôle à la FAR sera d’accompagner Mourad Gherbi au sein de la commission élite »

Revenons à l’Algérie. Peux-tu nous parler de tes contacts avec la FAR ?

Je suis en contact avec Mourad qui me tient au courant de ce qui se passe, des objectifs, de ce qui est possible de faire ou pas possible. L’idée c’était d’y aller au mois de février, mars dernier pour rencontrer les personnes sur place. Malheureusement avec le Covid ça s’est annulé. Mon objectif est de sensibiliser les joueurs franco-algériens qui jouent dans les championnats français, leur expliquer qu’il y a quelque chose à faire pour eux et pour l’équipe.

Tu as rencontré le président Sofian Ben Hassen pour définir ta mission et ton rôle dans le projet ?

Non pas encore, mais c’est prévu. Nous sommes en contacts par téléphone pour le moment. Mon rôle serait d’accompagner Mourad Gherbi au sein de la commission Élite de la Fédération pour gérer ce volet des joueurs qui évoluent dans l’élite européenne.

mermoz gherbi

Que peux-tu nous dire sur le potentiel réel des joueurs algériens dans le rugby en France ?

Le potentiel est réel puisqu’il y a pleins de joueurs dont on ne connait pas forcément les origines mais qui ont cette opportunité de représenter un pays dont ils sont les enfants en partie. C’est toujours un honneur de pouvoir représenter son pays et l’objectif c’est de sensibiliser ces joueurs de talents afin qu’ils apportent une réel plus value à la sélection algérienne. L’expérience de joueurs de Top 14 comme Caminati, c’est une valeur ajoutée pour l’équipe nationale.

Tu as déjà en tête des noms de joueurs qui pourront renforcer prochainement la sélection ?

Oui bien sûre, mais cela est encore en off, je verrais tout cela avec eux et la Fédération. Il ne s’agit pas de mettre la pression, il faut discuter avec eux. Chaque personne à sa propre vie avec ses objectifs et ses obligations. Il faut donc voir en fonction des besoins et des volontés de chacun. Après, ce qui est bien c’est que la prochaine Coupe du Monde se jouera ici en France.

« La prochaine Coupe du Monde se jouera en France… ça serait vraiment génial de voir l’Algérie ! »

C’est un beau symbole…

Exactement, ça serait magnifique. L’équipe doit passer par une courte étape de qualifications pour jouer cette compétition. Ça serait vraiment génial.

Tu n’as pas encore totalement raccroché les crampons, est ce qu’il y aurait une possibilité que tu portes le maillot algérien ?

…c’est compliqué ! Déjà je ne me suis pas imaginé reporter les crampons, ensuite pour m’entrainer avec eux de temps en temps, avec plaisir, mais pour porter le maillot et y jouer, il y a des règles internationales, c’est assez compliqué (NDLR: Maxime Mermoz compte 35 sélections avec l’Équipe de France et un titre de Vice-Champion du Monde avec les Bleus). 

maxime mermoz desert interview rugby

Une question par rapport à tes origines algériennes. Quel est ton rapport avec l’Algérie, y vas-tu souvent ?

Quand j’étais petit j’y allais tout le temps pour voir ma grand-mère, mes tantes, mes oncles, mes cousins puis est arrivée une grosse période de disette quand il y a eu la guerre civile dans les années 90. Ensuite, avec le rugby, j’étais nettement moins disponible et là, la dernière fois que j’y suis allé c’était en janvier dernier avec ma mère pour passer 5 jours dans le désert à Djanet puis à Alger chez des amis qui sont comme de la famille.

Tu es originaire de quel coin en Algérie ?

Ma mère est de Tenès (NDLR : dans l’ouest algérien à 215km d’Alger). 

Pour résumer, l’objectif pour toi est de voir l’Algérie à la Coupe du Monde 2023 en France ?

Exactement, l’objectif est de permettre à l’équipe de se renforcer, d’attirer du monde autours de ce projet (joueurs, partenaires) pour permettre à la Fédération de se développer. En plus de ça, j’ai d’ailleurs créer une solution qui permettra à la Fédération de ne plus payer grand chose, une société dédiée au rugby algérien. Je peux les aider sportivement comme économiquement. 

« L’objectif est de renforcer l’Équipe nationale algérienne avec des joueurs de Top 14 »

Les Algériens sont surtout fanatiques de football. Qu’a tu pensé de la ferveur populaire après le succès de la CAN 2019 ?

Je me rappel de la ferveur lors de la Coupe du Monde 2014 au Brésil où l’Algérie a fait un match de folie contre l’Allemagne, futur Champion du Monde. Il y avait déjà du beau jeu et justement avec cet apport de joueurs franco-algériens qui jouaient avec le cœur. On a un peuple qui a du cœur et le fait qu’ils aient gagné la CAN dernièrement c’est aussi extraordinaire, je suis très heureux pour eux.

Selon toi on peut aussi faire ça avec le rugby, des joueurs qui viennent apporter cette plus-value à la sélection nationale ?

Il y a plein de joueurs dans le Top 14 et il y a du potentiel partout, dans tous les sports, football, rugby, boxe, basket…le talent ne manque pas dans les zones comme la banlieue parisienne. Moi même étant originaire d’Epinal dans les Vosges, mon père allait chercher des jeunes dans les cités pour les mettre dans le rugby et ils étaient excellents sauf qu’ils n’avaient pas la culture rugby, donc si on ne leur inculque pas les valeurs du rugby ils ne savent pas qu’ils sont bons. Mais les qualités athlétiques et sportives, ils les ont. Il suffit juste de les sensibiliser à ce sport, car il y a de la technique, on joue avec les mains et les pieds, il y a du combat, du contact direct et ça permet à tout le monde d’évacuer comme pour la boxe. Le sport c’est une école de la vie et le rugby encore plus.

mermoz portrait maxime

On te laisse le soin de conclure cet entretien. Un message à adresser aux supporters algériens ?

Voir son pays et son équipe nationale briller à travers le sport ça rend fière tout le monde, on le voit quand une équipe ou un pays gagne, donc ça rendrait fière le peuple de participer à cette Coupe du Monde 2023 qui se déroulera en France d’autant que la sélection algérienne aurait un fort soutien local et présence dans les tribunes, si d’ici là on peut revenir dans les stades (rire). Quels que soit les résultats, une participation serait une énorme évolution pour le rugby algérien car la Fédération a été crée il y a peu de temps. J’espère vraiment que l’Algérie participera à cette Coupe du Monde et le beau clin d’œil c’est qu’elle se déroulera en France.

Qu’est ce qui te motive, personnellement, à vouloir apporter ta pierre à l’édifice ?

C’est simple et c’est comme tout… quand on se lève le matin on a envie de servir à quelque chose et puis s’est une fierté de mener à bien des projets qui plus est quand ils ont une part émotionnelle. C’est ça qui est intéressant. Il y a l’amour du rugby et l’amour de l’Algérie, c’est un beau challenge et c’est prendre à contrepied le fait d’aider une nation qui est déjà lancée, là avec l’Algérie il y a tout à faire et tu pars de tellement loin que tu ne peux que rendre positif les choses.

Entretien accordé à La Gazette du Fennec

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.