Nous contacter

Equipe Nationale

EN : Andy, l’alternative offensive qui vaut Delort

Publié

le

andy delort banc algerie

On était nombreux à penser qu’il pouvait apporter quelque chose devant lors de Burkina Faso – Algérie le 07 septembre dernier. Cependant, Djamel Belmadi n’y a pas recouru. Andy Delort était resté sur le banc en dépit du fait que l’avant-garde semblait peu inspirée face à une défense athlétique. Très performant en club, le néo-Niçois pourrait être un recours de qualité devant pour l’EN lors des sorties à venir. Notamment avec le forfait d’Islam Slimani qui se profile.

Il semble repartir sur les excellents standards de la saison écoulée quand il avait claqué 19 buts et délivré 9 passes décisives en 34 rencontres avec Montpelliers HSC son ex-club désormais. Delort est une valeur sûre dans le championnat de France. C’est pour cette raison que Christophe Galtier a insisté pour l’avoir en renfort du côté de l’OGC Nice. Le transfert a été conclu le 28 août dernier à hauteur de 10 millions d’euros.

L’entraîneur du Gym évoque un footballeur qui a « une connaissance de la L1 ». Aussi, il met en avant « son tempérament, sa capacité à marquer, à donner beaucoup de passes décisives ». C’est donc un profil d’attaquant assez complet qui peut s’adapter à nombreuses configurations offensives.

Des atouts pour bousculer la hiérarchie

Toutefois, malgré cela, dans la hiérarchie de l’équipe nationale, il arrive en troisième positions derrière Baghdad Bounedjah et Islam Slimani. Le coach de l’EN a ses convictions sur ce plan. Et elles sont plutôt « figées ». Quand ce n’est pas Bounedjah c’est Slimani. Sinon, c’est les deux en tandem comme ce fut le cas contre le Djibouti le 02 septembre dernier. Pour cette sortie face aux Djiboutiens, Delort a disputé la dernière demi-heure sans pouvoir trouver la faille et ajouter son nom sur le tableau d’affichage qui mentionnait un 8 à 0 au finale. Frustrant.

Cinq jours plus tard, lors de l’affrontement avec les Etalons, il n’a pas foulé la pelouse du Grand Stade de Marrakech (Maroc). C’était dans un duel où l’attaque Dz avait besoin d’un élément qui donne de la percussion et de la vitesse pour essayer de déstabiliser le solide bloc burkinabé. En se tournant vers son banc, Belmadi a préféré faire appel à Bounedjah. En dépit du fait que ce dernier était en manque de rythme avec un championnat qatari qui n’avait toujours pas débuté.

Moins d’opportunités c’est moins d’efficacité

Contrairement au sociétaire d’Al-Sadd SC, Delort avait des matchs dans les jambes mais aussi des buts et des passes D avec le MHSC (2 pions et 1 offrande en 3 rencontres). Le fait qu’il n’ait pas honoré sa convocation en mars dernier lui a, peut-être, porté un préjudice qui se prolonge dans le temps.

Toutefois, il faut dire que le natif de Sète n’a pas franchement de bonnes stat’ avec El-Khadra. On mentionnera ça tout en relativisant et soulignant le fait qu’il n’a été titularisé que 4 fois sur ses 11 capes avec l’Algérie. Il a fait mouche à 2 reprises seulement. Une en sortant du banc en amical avec le Mali avant la CAN-2019 et l’autre en débutant (Zimbabwe en officiel).

Cela donne une moyenne de 0.2 but/match. Ses deux concurrents directs sont largement devant niveau ratio : 0.48 but/match (le plus élevé en sélection) pour Bounedjah et 0.47 but/match pour Slimani. Malgré ces chiffres « désavantageux », l’attaquant qui fêtera ses 30 ans (09 octobre) lors du prochain stage de la sélection, on croit pertinemment qu’il pourrait être très utile s’il se produit dans un schéma adéquat. Sa souplesse tactique pourrait grandement servir. D’autant plus que les Fennecs auront des dates importantes pour l’avenir. Après tout, c’est à Belmadi de trancher. Et, pour les deux tests à venir, il devra faire SuperSlim (blessé) et, peut-être, avec Andy.

 

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.