Nous contacter

Actualités

JO 2020 : Idriss Haoues, impunément !  

Publié

le

20210809 223121

On pensait qu’il allait se faire tout petit et se murer dans le silence après sa bévue à Tokyo. Mais c’était sans compter sur son déni et son impunité qui lui ont fait penser que ce qu’il a commis est chose admissible au plus haut niveau. Idriss Haoues, seul nom revenu très souvent en dehors de ceux des athlètes, a plaidé sa cause au retour des membres restants de la délégation algérienne de Tokyo. Et c’était pour le moins… autoritaire de la part d’un homme qui ne sait même pas remplir une fiche technique de natation correctement.

Selon lui, il est parti « rendre service et aider. Vous comprenez ce que veut dire rendre service et aider mon pays ?  je suis content et fier » a argué Haoues, les yeux bien écarquillés. Les mêmes qu’il aurait dû bien ouvrir afin de lire attentivement le formulaire et ne pas mettre la participation des nageurs Oussama Sahnoune et Amel Melih aux Jeux Olympiques  2020 en danger.

Pour rappel, le Directeur technique national (DTN) de la Fédération algérienne de luttes associées (FALA), avait rempli la fiche de forfait de toutes les courses pour les deux crawleurs. Heureusement que Mohamed Hakim Boughadou, président de la Fédération algérienne de natation (FAN), avait rattrapé, depuis Alger, la bourde en sollicitant ses connaissances au sein de la Fédération internationale de natation (FINA). Pendant que le patron de la FAN se démêlait pour arranger le problème, Haoues profitait du séjour et faisait des selfies.

Le Super DTN multitâches…

Plus loin encore, le DTN de la FALA a estimé que « les athlètes ont fini par participer. A partir de là, on ne peut plus dire qu’il y a eu erreur ou pas. Ce sujet est clos. L’erreur peut exister. Il ne faut pas amplifier l’affaire. Cette erreur est un non-événement.» Déclaration lunaire. Sans l’intervention de Boughadou, on aurait rangé la bourde de Haoues dans la case “scandales”. Avec du recul, le premier responsable de la FAN aurait, peut-être, dû le laisser heurter le mur de plein fouet et assumer sa cagade administrative.

Pour essayer de prouver qu’il est un homme compétent, Haoues, qui est étrangement parti en qualité de coach alors qu’aucun DTN n’a été du voyage, a tenu à rappeler qu’il a assisté aux réunions techniques d’haltérophilie et de lutte. On a donc affaire à un Super DTN qui a fini par se noyer dans un formulaire de natation par excès de méga… lomanie.

Sa désinvolture est telle qu’il s’est même projeté dans l’avenir pensant qu’il peut toujours faire partie des responsables du futur avec ceux qui ont précipité la Bérézina japonaise. Pour lui, « le sport Algérien doit connaître une halte et une analyse profonde. » Un diagnostic que même un bizut en sport peut faire. Quant au remède, ce n’est certainement pas les poisons qui vont le trouver.

Le discours hallucinant de Driss Haoues à son retour de Tokyo :

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.