Nous contacter

Décryptage

FOCUS FENNEC : Aïssa Mandi, nouvel environnement et rude concurrence

Publié

le

Aïssa Mandi Villareal CF

Tout juste arrivé à Villarreal après cinq saisons pleines au Bétis Séville, Aïssa Mandi doit désormais faire face à une âpre concurrence avec la présence des titulaires habituels, Raul Albiol et Pau Torres. Un nouvel environnement dans lequel le Fennec n’aura pas le droit à l’erreur s’il veut entrer dans la rotation voire s’imposer aux yeux d’Unaï Emery. Focus Fennec du week-end.

Un rapide coup d’œil sur la carrière d’Aïssa Mandi permet de voir qu’elle est en constante évolution. Formé au Stade de Reims et après 170 matchs dans le Grand Est, l’Algérien décide de rejoindre l’Espagne et le Bétis Séville. En Andalousie, l’ex-Rémois s’affirmera en tant que titulaire et deviendra parallèlement un taulier de la sélection nationale héritant même du brassard de capitaine lors de la CAN 2017. Découvrant la Ligue Europa en 2018 et se frottant aux plus gros d’Espagne, Mandi ne cessera de progresser au sein d’un club ayant la capacité de disputer les places européennes (deux fois en 5 saisons).

Après cinq saisons avec les Verdiblancos et annoncé sur les tablettes de Liverpool et de l’Atletico Madrid, bon nombre d’observateurs auraient imaginé voir l’international algérien dans un club du top 10 européen. Finalement et libre de tout contrat, c’est avec le récent champion d’Europe de C3, le Villarreal FC, que le natif de Châlons-en-Champagne s’est établi pour quatre ans. Un choix qui, aux premiers abords, peut s’apparenter à une recherche de stabilité sans pour autant qu’elle n’exige de nouveaux efforts de la part du défenseur de 29 ans.

Des débuts mitigés

Titularisé lors de cinq des six rencontres amicales d’avant-saison, Aïssa Mandi a participé à l’intégralité de la préparation du Sous-marin jaune en l’absence de compétitions internationales avec la sélection algérienne. Par la suite, le Fennec avait enchainé avec une entrée en Supercoupe d’Europe face à Chelsea et trois titularisations en Liga lors du mois d’août. Hormis la finale européenne où il a connu des difficultés lors de son entrée en jeu, l’Algérien est resté fidèle à lui-même dans un rôle de défenseur axial gauche qu’il n’avait pas l’habitude d’occuper lors de ses précédentes aventures ou en équipe nationale. Une double adaptation pour l’ex-latéral droit de formation, qui s’était, au fur et à mesure des matchs avec le Stade de Reims, replacé dans l’axe de la défense.

mandi bourde villarreal atletico

Doté d’une excellente lecture de jeu et d’une relance de très bonne qualité, le profil de l’Algérien est souvent associé à un « stoppeur » plus à même de gérer les duels et capable d’assurer le premier pressing sur l’attaquant tels que Zouhair Feddal, Raul Albiol ou encore Djamel Benlamri en sélection algérienne. Malheureusement, et au-delà de ses bonnes prestations à l’image de sa rencontre face à l’Atletico Madrid, Mandi ne s’est pas mis dans les meilleures conditions en ratant un tir au but face à Chelsea puis surtout en marquant contre son camp à l’ultime minute d’un match face aux Colchoneros qui tendait les bras aux hommes d’Unai Emery (2-2). Les observateurs les plus avisés ne s’arrêteront -fort heureusement- pas sur ce « crime de lèse-majesté » mais ce dernier a sûrement dû quelque peu retarder la bonne intégration de l’Algérien. Sa quête de temps de jeu au sein d’un secteur à forte concurrence pourrait s’avérer plus difficile.

Une charnière championne d’Europe

L’un est un « vieux briscard » double champion d’Europe (2008, 2012) et champion du Monde (2014) avec la Roja qui a roulé sa bosse de Getafe à Napoli en passant par le Real Madrid et le deuxième est l’étoile montante du football espagnol. Raul Albiol (36 ans) et Pau Torres (24 ans) sont aujourd’hui les deux titulaires défensifs d’Unaï EmeryVainqueur de l’Europa League face à Manchester United, c’est avec son duo espagnol et nommé parmi l’équipe type de la saison dernière en C3 que Villarreal est allé remporter son premier titre européen. D’ailleurs, l’arrivée de l’Algérien devait être corrélée avec le départ du défenseur finaliste des derniers Jeux Olympiques de Tokyo, préssenti du côté de Tottenham mais qui n’est finalement pas parti. Derrière ce duo complémentaire et qui se connaît parfaitement, Aïssa Mandi devra se montrer patient. Titulaire face à Elche (4-1) ce jeudi, le champion d’Afrique a, de nouveau, montré que l’ancien driver du PSG pouvait compter sur lui dans la rotation.

aissa mandi avant

Malheureusement et sur ce mois de septembre, l’Algérien n’a eu le droit qu’à cette rencontre en guise de temps de jeu, ne rentrant pas face à Majorque (0-0), ni contre le Real Madrid (0-0) ou encore lors de la réception de l’Atalanta (2-2) en Ligue des Champions. Point positif concernant le défenseur de 29 ans, son professionnalisme à toute épreuve, si bien que son ancien entraîneur, Quique Setien a constamment été dithyrambique à son égard : « Mandi est un  exemple de professionnalisme. Il vient toujours à l’information, il demande même de revoir les images vidéo pour se corriger » avait-il déclaré. Même son de cloche en équipe nationale, Mandi est souvent qualifié de « joueur le plus professionnel du groupe » par Djamel Belmadi ou les membres du staff. Sûr que ces habitudes plairont au sein des Groguets (engagé sur trois tableaux) afin de lui accorder un temps de jeu assez conséquent à l’heure où l’Algérie, en pleine campagne qualificative au Mondial 2022, a grandement besoin de son numéro 2.

>> Lire également :

Liga : Longtemps impérial face à l’Atlético, Mandi met un CSC !

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.