Nous contacter

A La Une

FAF: Amara, persistant et omniprésent 

Publié

le

Charaf Eddine Amara FAF

Quasiment transparent durant sa première année de mandat, Charaf-Eddine Amara occupe le champs médiatique du mieux qu’il peut depuis un mois. Pour un président qui se dit démissionnaire, il est devenu omniprésent. 

Visites sur terrain, apparitions publiques, interviews en veux-tu en voilà, des communiqués désormais signés en son nom, Charef-Eddine Amara a multiplié les sorties médiatiques ces derniers jours. Depuis l’annonce de sa démission le 31 mars dernier, le patron de Madar Holding ne rate plus aucune occasion pour s’afficher en public. Même une assemblée du comité olympique qu’il “boycottait” d’ordinaire volontiers était une aubaine pour se rappeler aux bons souvenirs de l’opinion publique que l’homme jouait sur plusieurs fronts.

Cette omniprésence presque désinvolte a un but : redorer l’image de Charaf-Eddine Amara et le présenter à l’opinion sportive sous un meilleur jour. Car l’homme, et contrairement à ce qu’il peut dire, n’est pas près d’abdiquer. Au contraire, il entend bien poursuivre sa mission à la tête de la FAF. Et pour ne pas offusquer l’opinion publique tous les moyens sont bons pour soigner son image.

Relooking extrême

A Sidi Moussa, lors de la session statutaire du bureau fédéral du mois de mars, Amara avait même invité la presse à couvrir une partie des travaux avec à l’appui une visite guidée dans l’hôtel des Fennecs refait à neuf. Dans un communiqué agrémenté de ses déclarations, le président partant s’était même félicité de la réussite de ce projet, allant jusqu’à affirmer que le CNT était dans un état d’abandon à son arrivée. Haut fait !  Cette opération rénovation qu’il avait confiée à un proche sous couvert d’un appel d’offre déguisé pour 8 milliards de centimes avait faillit exploser le BF à l’époque, Amara ayant été accusé par ses collaborateurs de faire cavalier seul.

Mais peu importe les qu’on-dira-t-on dès lors que Amara est décidé à rester, la manière d’y parvenir ne compte pas. A preuve, il vient de changer l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale élective qui passe tout bonnement de l’élection d’un nouveau président à l’élection d’un nouveau bureau exécutif. La nuance est quand même assez flagrante dans ce cas pour ne pas savoir où situer les différences et deviner les manœuvres qui se trament dans les coulisses. L’opération est trop bruyante pour passer en catimini. Oh que nenni !

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.