Nous contacter

Décryptage

Bras de fer FAF-MJS: le dénouement dans quelques heures !

Publié

le

zetchi khaldi visite sidi moussa novembre 2020

Le ministère de la Jeunesse et des Sports reste inflexible. Pas de dérogation pour la FAF, sommée d’organiser ses assemblées générales de fin de mandat avant le 15 avril prochain, comme le lui a rappelée sèchement le MJS dans un dernier courrier, cette semaine. Que fera la FAF ? Deux options s’offrent à elle. Décryptage.

Le MJS ne cédera rien à la FAF. Toute possibilité de rapprochement des esprits en vue d’une sortie de crise est désormais impossible. La note méthodologique envoyée par le ministère de la Jeunesse et des Sports, le mois de février dernier, aux fédérations en fin de mandat, s’applique également et vigoureusement à la FAF, comme l’a rappelé la « tutelle » à cette dernière dans un courrier récent.

Dans cette missive, qui a atterri sur le bureau du secrétariat de la FAF au courant de cette semaine, le MJS a demandé à la Fédération algérienne de football de lui communiquer les dates de ses assemblées générales ordinaire et élective, conformément à sa note méthodologique du mois de février, qui faisait suite, rappelons-le, à sa circulaire du 8 juin 2020. “La note méthodologique a pour objectif de définir, conformément à la législation et la réglementation en vigueur, les meilleures pratiques possibles et la conduite à tenir par les différents intervenants dans le processus de renouvellement des instances des structures d’organisation et d’animation sportives locales (clubs et ligues), dont les mandats arrivent à terme”, expliquait la tutelle.

MJS Zetchi zetchi face a face

Le courrier du MJS confirme au moins deux faits: primo, qu’il n’accepte aucune modification des statuts de la FAF avant la tenue de son assemblée générale élective et interdit, par ricochet, la tenue d’une assemblée générale extraordinaire (AGO) avant les assemblée générales ordinaire et élective, comme le souhaite Kheireddine Zetchi. Deuxio, que la FAF doit tenir ses assemblées générales de fin de mandat entre le 29 mars et le 15 avril prochains, comme le précise la note méthodologique du MJS, qui fixe «les dates des assemblées générales ordinaires (AGO) et des assemblées générales électives (AGE) Du 15 janvier au 15 avril 2021 pour les ligues nationales, les fédérations sportives nationales et couronnées par la suite par le Comité olympique et sportif algérien».

Péroraison ou choix de raison ?

Consciente désormais qu’il n’y a plus de place à un accord possible avec sa tutelle, la FAF a décidé de provoquer ne réunion de son bureau fédéral dans les heures qui viennent pour décider de la stratégie à adopter. Un communiqué devrait tomber dans la foulée.

Et là aussi, deux options s’offrent à Zetchi et son bureau. Primo: se soumettre à la décision de la tutelle et expédier ses assemblées de fin de mandat dans les délais qui lui sont impartis. A savoir le 29 mars pour l’AGO et  le 15 avril pour l’AGE. Deuxio : adopter une politique jusqu’au-boutiste et continuer dans la démarche qui consiste à aller coûte-que-coûte vers une assemblée générale extraordinaire pour adopter ses statuts avec ceux de la FIFA.

Mais dans ce cas, il faudra prévoir -et c’est fort probable- une réaction brusque de la part du MJS qui peut se réserver le droit de suspendre Zetchi et son bureau sur la foi que son mandat olympique a expiré, et nommer un directoire pour gérer les affaires courantes et préparer en parallèle les assemblées générales ordinaire et élective dans des les délais fixés.

Heurt et politique jusqu’au-boutiste

Ce scénario n’est pas sans nous rappeler celui de la Fédération égyptienne de football (FEF) et la façon avec laquelle Hani Abo Rida avait été débarqué de la présidence.

Naturellement, une réaction de la FIFA reste envisageable. Si l’on se fie à l’épisode égyptien, l’instance faîtière du football mondial procédera à l’installation d’un comité de normalisation. Ce comité sera constitué d’un mixage de dirigeants algériens et étrangers (maghrébins, selon toute vraisemblance ). Ce retour de manivelle de la FIFA va t-il faire hésiter le MJS ? Rien n’est moins sûr ! D’autant que l’EN ne risque aucune sanction.

Mais dans tous les cas de figure, le bras de fer opposant depuis de longs mois la FAF au MJS devra connaître son épilogue au courant de cette semaine. Selon nos informations, Kheireddine Zetchi ne se représentera pas pour un second mandat dans le cas où il n’est pas autorisé à aller vers une assemblée générale élective. C’est une question de principe, mais pas que. Car, d’après des indiscrétions, le sort du président sortant a été déjà scellé en hauts lieux.

Nous y reviendrons…

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.